Scarlett Johansson : 10 choses à savoir sur l'actrice

Scarlett Johansson est cette actrice pulpeuse qui fait fantasmer les hommes. Mais l’actrice a prouvé à travers diverses productions qu’elle était bien plus qu’un physique et une belle gueule. Grâce à ses rôles de dures à cuire, Scarlett Johansson s’est hissée comme l’une des actrices les plus populaires de Hollywood. Cet été, on devrait ainsi la retrouver dans la peau de la Veuve Noir au cinéma dans Black Widow. L’occasion pour nous de vous dévoiler 10 choses à savoir sur Scarlett Johansson.

Crédit : Marvel/ Disney.

À voir aussi

Scarlett Johansson est Danoise (enfin un peu)

Commençons par le début. Si vous pensez que Scarlett Johansson est une actrice américaine qui joue dans de gros blockbusters au cinéma (la saga Avengers, Iron Man 2, deux volets de Captain America, Captain Marvel et bientôt Black Widow), vous n’avez pas tort, mais vous n’avez pas complètement raison. Peu de gens le savent mais Scarlett Johansson est aussi Danoise. Ses origines scandinaves, l’actrice les tiens de son paternel.

Son père, Karsten Olaf Johansson, est un architecte danois originaire de Copenhague, tandis que sa mère, Melanie Sloan, est américaine d’origine polonaise. Et ce n’est pas tout, puisque l’interprète de la Veuve Noire possède aussi de lointaines racines suédoises. Son grand-père paternel était Suédois. Des origines scandinaves qui donnent sa chevelure blonde à l’actrice dont la filmographie et le physique sont désormais connus dans le monde entier.

Scarlett Johansson n’aime pas son surnom

Après des débuts timides au cinéma, la carrière de Scarlett Johansson prend de l’ampleur dès 1998 dans L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux sous la direction de Robert Redford. Dans le film à succès adapté du roman de Nicholas Evans, Scarlett Johansson interprète l’adolescente Grace McLean, amputée d’une jambe suite à un accident de cheval.

Le film la place sur le devant de la scène et l’actrice reçoit même le prix du Young Star Award, décerné par le respecté magazine de cinéma The Hollywood Reporter. Après d’autres films, Scarlett Johansson se fait réellement remarquer dans Lost in Translation de Sofia Coppola dans lequel elle joue au côté de Bill Murray. Elle enchaînera ensuite avec Brian De Palma et Woody Allen dont elle deviendra la muse.

Suite à ces rôles, l’actrice est rapidement désignée par les médias people par le pseudonyme ScarJo, tout comme Jennifer Lopez est surnommée J Lo, Jennifer Lawrence se fait appeler J. Law etc. Cependant, si certaines célébrités acceptent volontiers le surnom qui leur est donné, Scarlett Johansson ne l’apprécie pas du tout. En 2014, elle le faisait d’ailleurs savoir au magazine Glamour non sans reproche: « J’associe ce nom à des stars de la pop. Ça sonne kitsch. Ça fait paresseux et désinvolte. Et il y a quelque chose de violent à ce sujet. Il y a quelque chose d’insultant à ce sujet

En 2011 déjà, Scarlett Johansson exprimait son mécontentement lors d’une interview pour USA Today: «C’est d’une paresse… les gens ne peuvent-ils pas dire tout le nom? C’est juste bizarre […] Pourquoi? Pourquoi dois-je rester coincée avec?» Des déclarations qui sont, semble-t-il, tombées dans les oreilles de sourds puisque ce surnom est toujours utilisé.

Scarlett Johansson aurait eu un différend avec Tom Cruise

Ghost in the Shell. Crédit : Paramount Pictures.

La carrière de Scarlett Johansson se fait de plus en plus importante au début des années 2000. Comme nous l’avons vu précédemment, elle tourne sous la direction de grands réalisateurs comme De Palma, Redford, Coppola, Allen… Des rôles et des collaborations qui attirent d’autres professionnels du cinéma, notamment des acteurs comme Tom Cruise. Alors au sommet de sa carrière, l’interprète d’Ethan Hunt dans la saga Mission Impossible souhaite collaborer avec cette actrice qui monte pour le troisième volet de la saga.

Cependant, après une rencontre entre les deux acteurs, Scarlett Johansson refuse finalement la proposition. L’actrice évoque des soucis d’emploi du temps l’empêchant de tourner le troisième volet de MI. Mais d’après des sources anonymes, l’actrice aurait refusé après que la star de Top Gun l’a invitée dans un centre de scientologie où l’attendaient des adeptes du culte. Des sources ont rapporté, sans le nommer précisément, que des conflits avec Tom Cruise seraient à l’origine du refus. L’actrice a démenti publiquement et a finalement été remplacée par la non moins talentueuse Keri Russell.

Scarlett Johansson : Marilyn Monroe, très peu pour elle

Après avoir refusé le rôle de Lindsey Farris dans Mission Impossible 3, Scarlett Johansson prend la décision de dire «non» à un rôle iconique: celui de Marylin Monroe. Dans My Week with Marilyn, sorti en 2011, c’est l’actrice Michelle Williams qui interprète la star de cinéma. Cependant, d’après son réalisateur, Simon Curtis, Michelle Williams n’était pas le premier choix pour le rôle. Le réalisateur a d’abord contacté Scarlett Johansson pour lui proposer le rôle, sans succès.

Il est vrai que le physique, le glamour et l’aura de Scarlett Johansson auraient pu coller parfaitement à la figure de la star de Certains l’aiment chaud. Contre toute attente, Scarlett Johansson refuse. «Il y a beaucoup à explorer avec ce rôle, et j’aime regarder les autres faire, mais je n’y voyais aucun intérêt. C’est charmant d’être comparée à une personne aussi fragile, belle et tout ça, comme Marilyn Monroe. Mais ça n’a jamais été pour moi», confiera l’actrice.

Scarlett Johansson: trop «sexy» pour Millénium

Lucy. Crédit : EuropaCorps.

Si Scarlett Johansson a refusé certains rôles, notamment iconiques, dans sa carrière, elle a aussi essuyé des refus. En 2011, alors que le réalisateur David Fincher et son directeur de casting sont à la recherche d’une actrice pour interpréter Lisbeth Salander pour une potentielle trilogie de Millénium, avec le filmLes Hommes qui n’aimaient pas les femmes, Scarlett Johansson passe les castings. Parmi une multitude d’actrices, Scarlett Johansson passe les essais haut-la-main. Pourtant, elle ne sera pas retenue pour le film.

Lors d’un entretien pour The Hollywood Reporter en 2011, David Fincher a très honnêtement évoqué le sujet: «Elle était super. C’était une super audition, vraiment. Mais le truc avec Scarlett, c’est qu’on ne peut pas s’empêcher d’attendre qu’elle se déshabille», confiait-il. Un physique glamour et avantageux qui lui a fermé les portes d’un rôle.

En 2012, rebelote avec Les Misérables. Dirigée par Tom Hooper, l’actrice passe les castings mais elle est délaissée au profit d’Anne Hathaway pour interpréter Fantine. L’année suivant, Anne Hathaway recevra l’Oscar de la meilleure actrice pour un second rôle.

Scarlett Johansson n’aurait pas dû être Black Widow 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Scarlett Johansson n’était pas le premier choix de Marvel pour incarner la badass Black Widow ou Veuve Noire, en français. Une décision qui aujourd’hui peut sembler incongrue tant l’actrice incarne avec force Natasha Romanoff. Déjà une décennie, depuis 2010 exactement, que l’actrice incarne la Veuve Noire dans les films Marvel. Si on ne peut désormais plus séparer l’image de Scarlett Johansson de son personnage soviétique, c’est une autre prétendante au rôle qui avait les faveurs du studio.

Et cette autre actrice était Emily Blunt. Dans une récente interview donnée dans l’émission The Howard Stern Show, l’actrice britannique a confié avoir dû refuser le rôle tant convoité de Black Widow car elle était engagée sur un autre projet. Emily Blunt a expliqué ne pas avoir voulu faire ce film, mais étant sous contrat avec le studio, elle s’est vue obligée d’accepter. «J’étais engagée à faire Les voyages de Gulliver. Je ne voulais pas faire Les voyages de Gulliver. […] J’adore Iron Man et quand on m’a offert Black Widow, j’étais obsédée par Iron Man. Je voulais travailler avec Robert Downey Jr. Ça aurait été incroyable

Quoi qu’il en soit, ce désagrément a permis à Scarlett Johansson d’obtenir le rôle dont le premier film qui lui est consacré sortira à l’été 2021.

Scarlett Johanssona a été refusée par l’Université de New York

Avant de se lancer dans une carrière qui sera rapidement fructueuse au cinéma, Scarlett Johansson envisageait de se diriger vers des études artistiques, influencée depuis sa plus tendre enfance par les arts. Encouragée par ses parents, elle prend des cours de théâtre, de danse, notamment de claquettes, afin de poursuivre son but: devenir comédienne. Elle tente alors de rentrer dans la prestigieuse Université Tish School of the Arts de New York, spécialisée dans les études artistiques et dans la formation des acteurs et grands réalisateurs de demain. Sont passés sur les bancs de l’université: Martin Scorsese, Whoopi Goldberg, Alec Baldwin, Angelina Jolie…

L’actrice n’a pas été admise dans l’Université mais sa carrière commençait petit à petit à prendre de l’ampleur au même moment. Elle sera finalement diplômée en 2002 de la Professional Children’s School de Manhattan dans une formation de théâtre.

Scarlett Johansson poursuit une carrière musicale

Elle prête sa voix à Ash dans le film d'animation Tous en scène. Crédit : Universal Pictures.

Scarlett Johansson possède quelques liens avec la musique. Passionnée avant tout, elle a peu à peu dirigé sa carrière vers des projets (parfois intimistes) musicaux. Elle auditionne en 2005 pour le remake de La Mélodie du bonheur, mais on lui préfère une actrice britannique, Connie Fisher, pour le rôle. Cet échec n’arrêtera pas l’actrice ni ses désirs de musique.

Un an plus tard, elle participe à l’élaboration d’un album caritatif sur lequel des personnalités donnent de la voix. Scarlett Johansson y reprendra le titre Summertime autrefois interprété par de grands noms comme Billie Holiday ou Louis Armstrong. Elle a aussi chanté avec le groupe de rock écossais The Jesus and Mary Chain et est apparue dans le clip What Goes Around…/… Comes Around de Justin Timberlake en 2007, puis un an plus tard dans le clip Yes We Can de Will.i.am pour l’investiture de Barack Obama.

Si l’actrice pousse parfois la chansonnette en compagnie d’autres artistes, elle a aussi enregistré deux albums: le premier est un album de reprises de Tom Waits paru en 2007, le second, plus connu grâce au morceau Relator, enregistré avec Pete Yorn, en 2009. D’ailleurs, Scarlett Johansson aime tellement la musique qu’elle a monté un groupe The Singles en 2015.

Scarlett Johansson, actrice la mieux payée grâce à Marvel

Pendant quelques années, à la grande surprise des intéressés, Scarlett Johansson ne figure pas sur la liste des stars féminines les mieux payées de Hollywood. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’actrice n’a touché «que» 400000 dollars pour son rôle de Black Widow lors de sa première apparition dans Iron Man 2, tandis que son homologue Robert Downey Jr. devenait l’acteur le mieux payé de Hollywood trois ans plus tard avec 75 millions de dollars. À titre de comparaison, Ellen Pompeo de Grey’s Anatomy, touche entre 300000 et 575000 dollars par épisode, soit plus que Scarlett Johansson à cette époque.

Mais la croissance délirante de Marvel et ses quelques milliards de dollars récoltés pour ses films au box-office (36 milliards de dollars pour toutes les franchises réunies) auront vite permis à l’actrice de se hisser plus haut dans la fameuse liste. C’est en 2018 qu’elle devient l’actrice la mieux payée du monde avec un salaire de 40,5 millions de dollars puis en 2019 avec 56 millions. Merci Marvel !

Scarlett Johansson déteste les questions sexistes des journalistes

L’actrice déteste par-dessus tout répondre aux questions parfois idiotes et déplacées mais surtout sexistes de certains journalistes. Lors des promotions mondiales des films Avengers, vous pouvez remarquer, lors de conférences de presse, l’agacement de l’actrice. Tandis que ses collègues masculins sont questionnés sur l’aspect philosophique ou les messages des films, Scarlett Johansson est questionnée sur le costume très moulant de Black Widow. Certains journalistes s’attardent sur le sujet, pointant qu’elle serait nue dessous, mais l’actrice rétorque et le fait savoir.

Épuisée par ce genre de questions, Scarlett Johansson n’hésite pas à demander aux journalistes pourquoi ils ne posent pas ces mêmes questions à ses collègues masculins. Très malignement, elle évite ainsi les questions déplacées des journalistes.