Un tourbillon d'émotions après la diffusion d' « Apprendre à t'aimer », un téléfilm consacré à la trisomie 21

10Kpartages

Hier soir, M6 diffusait son téléfilm événement « Apprendre à t’aimer ». L’histoire du couple touché par le handicap de leur enfant a ému les téléspectateurs.

Dans cette fiction inédite, l’humoriste Ary Abittan et la comédienne Julie de Bona incarnent les parents d’une petite fille atteinte de trisomie 21, prénommé Sarah.

Ensemble, ils vont tenter de faire face à la maladie mais de manière complètement différente. Alors que le jeune père de famille peine à accepter l’handicap de sa fille, son épouse l’aime de tout de son coeur et assume ses responsabilités de mère.

Crédit photo : M6

Véritable ode à la tolérance, « Apprendre à t’aimer », réalisé par Stéphanie Pillonca, va à l’encontre des préjugés et délivre un magnifique sur le handicap et la différence.

Des téléspectateurs conquis

Sans surprise, le téléfilm a ému un grand nombre de téléspectateurs grâce à la documentation et à la véracité des faits. Sur twitter, certains internautes ont fait part de leur ressenti :

« Téléfilm à regarder pour arrêter avec les préjugés et se rendre compte que la différence, c’est l’amour » ou encore « Il en faudrait plus des téléfilms sur la trisomie 21, ou le handicap en général. Si ça pouvait faire changer le regard des gens ».

Le tournage du téléfilm a également bouleversé Julie de Bona, l’interprète de la maman de Sarah. Dans une interview accordée à nos confères de Télé-Loisirs, elle explique le nouveau regard qu’elle portera désormais sur ces enfants différents qui ne demandent qu’à être considérés comme n’importe quel individu :

« Ces enfants m’ont vraiment fait comprendre que c’est nous qui sommes dans l’erreur. Nous qui avons créé cette société toujours tournée vers la recherche de la perfection. Mais nous sommes à côté de la plaque ! Je me suis sentie meilleure avec ces enfants-là, mais aussi si petite à côté d’eux. À nous d’entrer dans leur univers. Ça m’a donné envie de tous les prendre dans mes bras et de leur dire : «Pardon de ne pas vous avoir accueillis avant…» »

Plus d'articles