Mark Zuckerberg agite de nouveau la menace de la fermeture de Facebook et Instagram en Europe

Bouton whatsapp

Facebook et Instagram vont-ils disparaître sur le continent européen ? Cette hypothèse est brandie telle une menace par le grand patron Marc Zuckerberg, toujours opposé aux règles de protection des données, en vigueur en Europe.

La menace continue de planer !

À voir aussi

Le gourou des réseaux sociaux Mark Zuckerberg envisage toujours de fermer Facebook et Instagram en Europe.

C’est en substance ce que le patron de Meta (maison mère de Facebook, Instagram ou encore Whatsapp) annonce dans le rapport annuel qu’il vient de remettre à l’autorité des marchés financiers des États-Unis.

Crédit photo : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock

Opposé au RGPD en Europe, Mark Zuckerberg menace de fermer Facebook et Instagram en Europe

Ces menaces sont des représailles directes aux nouvelles lois européennes qui protègent de plus en plus les données personnelles des internautes sur le Vieux continent.

Opposée à ces nouvelles règles de protection, Meta affirme en effet que le partage des données entre pays s’avère primordial pour que l’entreprise puisse offrir ses services ainsi qu’une publicité ciblée à ses utilisateurs.

En conséquence, Meta demande un accord pour pouvoir jouir d’une autorisation de transférer des données personnelles, de l’Europe vers les États-Unis.

Dans le cas contraire, il lui sera « impossible de fournir en Europe certains des produits et services les plus importants, y compris Facebook et Instagram », peut-on lire ainsi dans le rapport remis aux autorités financières américaines.

Si cette menace inquiète certains des utilisateurs les plus assidus des réseaux sociaux, elle n’est en réalité qu’un moyen pour Meta de faire pression sur Bruxelles au sujet du nouveau Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Pour rappel en 2020, la Cour de Justice Européenne avait interdit à Facebook l’envoi des données des utilisateurs européens vers des serveurs américains.

Une décision qui avait déclenché l’ire du géant californien car ce dernier ne peut plus proposer aujourd’hui autant de publicités ciblées que par le passé, perdant ainsi beaucoup d’argent.

Source : AFP
Bouton whatsapp