Après s'être évadé de prison, il fait du stop et monte dans... une voiture de policiers en civil

Bouton whatsapp

À Béziers, un homme a réussi à échapper à la vigilance de ses gardiens alors qu’il s’apprêtait à aller en prison avant de s'enfuir. En faisant du stop, le condamné est monté dans une voiture… qui n’était autre que celle de policiers en civil.

Mardi 17 janvier, un homme âgé de 22 ans s’est fait arrêter par les policiers de Béziers, alors qu’il venait de sortir de prison le 14 novembre dernier. Un mandat d’arrêt a été déposé contre lui et il a été conduit au tribunal, qui l’a condamné à une peine de 18 mois d’emprisonnement.

Crédit photo : iStock

Suite à sa condamnation, l'homme a été immédiatement transféré au centre pénitentiaire du Gasquinoy.

Il s’échappe de prison

À peine arrivé devant la prison, le condamné a réussi à échapper à la vigilance des policiers. Alors qu’il se trouvait devant la porte de l’établissement, il a réussi à enlever ses menottes, s’extraire de la voiture de police avant de prendre la fuite en courant.

« Mardi, il était présenté au magistrat de permanence du parquet de Béziers qui mettait à exécution cette condamnation en ordonnant de le conduire immédiatement au centre pénitentiaire, explique Raphaël Balland, le procureur de la République de Béziers. Arrivé devant la porte du centre pénitentiaire, l’homme est parvenu à retirer ses menottes, s’extraire du véhicule des policiers et s’enfuir en courant. »

Crédit photo : iStock

Après avoir réussi à s’échapper, le prisonnier a décidé de rejoindre la route pour faire du stop, afin de partir le plus loin possible.

Il tombe sur la police en faisant du stop

Le jeune homme est alors monté dans une voiture qui s’est arrêtée, mais celle-ci n’était autre que celle des policiers de la Bac en civil, qui avaient été alertés de son évasion. Comme les policiers étaient en civil, le prisonnier ne s'est pas douté que le véhicule était un piège. 

Crédit photo : iStock

« Il a été pris de panique au moment d’entrer en prison et a voulu voir ses parents avant de purger sa peine, confie Jean-Français Tabet, l'avocat de la défense. Il n’a pas la maturité nécessaire pour comprendre les explications des magistrats le jour de sa première arrestation. Mais on ne peut pas dire qu’il s’est évadé de prison. Il n’y avait pas encore mis les pieds. »

Le prisonnier a essayé de fuir une nouvelle fois, mais il a été maîtrisé et placé en garde à vue au commissariat. À nouveau devant le tribunal, il a reçu six mois de prison supplémentaires.

Finalement, le prisonnier a été transféré une nouvelle fois au centre pénitentiaire, sous l'œil attentif des policiers qui ne lui ont laissé aucune chance de s’échapper.

Source : Midi Libre
Bouton whatsapp