Covid-19 : pour sécher les cours, des ados fabriquent de faux tests positifs avec du coca ou du citron

3 611partages
Bouton whatsapp

Depuis quelque temps, des collégiens et lycéens s'amusent à trafiquer les résultats d'autotest Covid pour ne pas aller en cours. Précisions.

Les ados ont toujours de la suite dans les idées lorsqu’il s’agit de manquer un jour d’école.

Dernier exemple en date, cette combine utilisée par certains élèves pour faire croire qu’ils ont contracté… le Covid-19.

L’information peut faire sourire au premier abord mais c’est pourtant très sérieux !

Pour sécher les cours sans se faire prendre et en ayant la meilleure excuse possible, des adolescents trafiquent en effet des autotests avec du Coca cola, du jus d’orange ou encore du ketchup et obtiennent ainsi des faux positifs.

Crédit photo : Clara Murcia / Shutterstock

Fabriquer des faux tests positifs avec du Coca, du citron ou de la bière, la combine imparable des ados pour sécher les cours

Cette pratique, qui se serait d’abord développée au Royaume-Uni dès l’été dernier, s’est très vite répandue sur les réseaux sociaux via le hashtag #FakeCovidTest.

Sur TikTok, on peut voir par exemple des vidéos sur lesquelles des jeunes plongent leur écouvillon d’autotest dans des sodas, pour obtenir les deux barres synonymes de résultat positif. La technique fonctionne également avec d’autres liquides acides tels que les jus d’orange ou de citron.

Comment expliquer que les tests puissent être détournés de la sorte ?

Interrogé par nos confrères de France Inter, Lionel Barrand (président du syndicat des biologistes médicaux) affirme que « l’acidité peut avoir un lien » et fausser ainsi le résultat.

« Normalement on n’est pas censé faire ça. Mais ça peut au moins servir à alerter le consommateur que ces tests sont sensibles. On a des procédures extrêmement strictes et quand on sort de ces procédures on peut avoir des surprises », poursuit l’intéressé, qui croit savoir que les résultats de ces faux tests peuvent varier d’un fournisseur à l’autre.

Depuis l’apparition de cette technique, les antivax se sont engouffrés dans la brèche, affirmant que celle-ci était la preuve que les tests étaient truqués.

Bouton whatsapp