Pour payer sa pension alimentaire, il verse 80 000 pièces de 1 centime sur la pelouse de son ex-femme

Aux États-Unis, un père de famille n’a pas hésité à payer sa dernière pension alimentaire avec 80 000 pièces de 1 centime. Pire encore, ce dernier a déversé la petite monnaie devant la pelouse de son ex-femme.

En 2021, une scène surréaliste s’est produite dans l’État de Virginie, aux États-Unis. Un homme a fait preuve d’originalité pour payer sa dernière pension alimentaire. En effet, ce dernier a déversé 80 000 pièces de 1 centime devant la pelouse de son ex-femme.

Crédit Photo : WTVR

Ce jour-là, l’homme divorcé a utilisé un SUV muni d’une remorque pour répandre la petite monnaie. Au total, le père de famille devait 800 dollars (environ 730 euros) à son ancienne compagne.

«Je venais d’avoir 18 ans. Alors que j’étais en cours, mon père est venu. Il avait loué une remorque. Il s’est garé devant la maison et a levé la remorque pour qu’elle déverse tous les centimes sur la pelouse», avait indiqué à l’époque Avery Sanford, sa fille, à WTVR.

Avant d’ajouter : «Ma mère est sortie en demandant "qu'est-ce que vous jetez dans mon jardin ?". Elle ne savait pas que c'était lui jusqu'à ce qu'il crie : "C'est ta dernière pension alimentaire pour subvenir aux besoins des enfants’’».

La famille a eu une réaction exemplaire

Face à cette situation, Avery et sa mère n’ont pas hésité à ramasser toutes les pièces afin d'en faire don à un centre social de lutte contre les violences domestiques : «Elles ont réussi à transformer une expérience aussi négative en positif», avait déclaré la directrice du refuge. «Avec ce don, elles ont trouvé le moyen de renverser la vapeur et de ne pas subir cet acte».

Crédit Photo : WTVR

De son côté, l’adolescente avait pointé du doigt l’attitude de son père : «Ce n’est pas seulement ma mère qu’il a essayé d’embarrasser, c’est aussi ma mère et moi. C’est choquant de voir qu’il n’a pas pensé à nous et aux conséquences avant de faire ça».

Contacté par WTVR, le père de famille a déclaré s’être laissé emporter par ses émotions après 18 ans de frustration.

Source : New York Post
VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Jenna Barabinot

Depuis 1 an et demi, je m’efforce de produire des articles de qualité tout en gardant ma touche d’humour. Mon domaine de prédilection ? Les histoires d’animaux qui se terminent en happy end. Je suis d’ailleurs incollable sur les races des chiens. Les sujets de société me passionnent et me permettent de perfectionner ma plume. J’affectionne aussi la rubrique « entertainment » car elle m’offre une parenthèse pailletée.