Au Japon, cet homme est payé pour « ne rien faire » et il gagne jusqu'à 300 euros par jour

Bouton whatsapp

Un Japonais plein de ressources a trouvé le travail de ses rêves : être payé pour ne rien faire. Shoji Morimoto, ancien employé d'une maison d'édition, se loue pour être simplement là pour les personnes seules, il a même déjà reçu un salaire pour dire au revoir à un voyageur solitaire.

Crédit : Kim Kyung-Hoon / REUTERS

Morimoto, 38 ans, dit qu'il facture à ses clients environ 71 euros par heure pour sa simple présence, avec environ 4 000 réservations au cours des quatre dernières années, ce qui lui permet de gagner suffisamment d'argent pour subvenir aux besoins de sa femme et de son enfant. Avant la pandémie de Covid-19, il gagnait près de 300 euros par jour. « En fait, je me loue moi-même. Mon travail consiste à être là où mes clients veulent que je sois et à ne rien faire en particulier » explique-t-il.

Il s'est notamment contenté de monter sur une balançoire à bascule avec un client dans un parc local, et s'est assis dans un restaurant avec une femme qui craignait que son sari indien embarrasse ses amis si elle le portait en public, alors il est intervenu. « Avec mes amis, j'ai l'impression de devoir les divertir, mais avec lui, je ne ressens pas le besoin d'être bavarde » a déclaré la cliente, Aruna Chida, une analyste de données de 27 ans, à propos du service proposé par Shoji Morimoto.

Crédit : Kim Kyung-Hoon / REUTERS

Il explique que l'idée lui est venue après s'être fait reprocher à plusieurs reprises de ne rien faire alors qu'il occupait un emploi plus traditionnel dans l'édition. « J’ai commencé à me demander ce qui se passerait si j'offrais ma capacité à ne rien faire comme service aux clients. Les gens ont tendance à penser que ma façon de ne rien faire a de la valeur parce qu’elle est utile à d'autres personnes. Mais c'est très bien de ne vraiment rien faire. On n’a pas besoin d'être utile d'une manière spécifique » a-t-il confié.

Crédit : Kim Kyung-Hoon / REUTERS

Crédit : Kim Kyung-Hoon / REUTERS

Un travail atypique

Aujourd’hui, cette activité pour le moins originale constituent la seule source de revenus de Shoji Morimoto, et aussi étonnant que cela puisse paraître pour nous français et européens, au Japon, son business est florissant et il parvient a très bien gagner sa vie. Mais attention, il met un point d’honneur à se fixer des limites. Par exemple, il n’accepte pas de demandes pour quoi que ce soit de sexuel, et a refusé des emplois pour déplacer un réfrigérateur ou encore voyager au Cambodge.

Qu’en pensez-vous ?

Source : 9GAG
Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter