Les membres de la génération Y aiment plus leurs animaux de compagnie que leurs frères et sœurs, selon une étude

Bouton whatsapp

Une nouvelle étude a révélé que 57 % des millennials aiment leurs animaux de compagnie plus que leurs frères et sœurs, et que 50 % disent la même chose de leur mère.

Crédit : Pexels

À voir aussi

Les chercheurs de ConsumerAffairs, une plateforme d'évaluation des clients et d'information des consommateurs, ont interrogé 1 000 propriétaires d'animaux de compagnie, dont près de la moitié étaient âgés de 27 à 42 ans, pour déterminer comment leurs animaux de compagnie se classent par rapport aux membres de la famille.

« L’étude a commencé par une question très difficile : Quels membres de votre famille aimez-vous moins que votre animal de compagnie ? Pour avoir une idée de ce que sera l'avenir, nous avons également demandé aux personnes interrogées si elles préféraient avoir des animaux plutôt que des enfants » ont expliqué les scientifiques dans un communiqué. La grande majorité (81 %) des millennials ont admis que leur animal de compagnie comptait plus à leurs yeux qu'au moins un membre de leur famille.

Notre enquête a montré qu'il s'agissait en fait le plus souvent de leurs propres frères et sœurs : 57 % d'entre eux aimaient leur animal plus que leur frère ou leur sœur, et la moitié exactement ont déclaré aimer leur animal plus que leur mère. Peut-être plus étonnant encore, même les partenaires amoureux passent après les animaux pour 30 % des personnes interrogées. Dans le même sens, 58 % des 27 à 42 ans ont déclaré qu'ils préféraient avoir des animaux de compagnie plutôt que des enfants. Et ce constat assez fou est particulièrement vrai pour les propriétaires de chats, parmi lesquels le pourcentage a bondi à 63%.

Crédit : webandi

Les propriétaires prêts à tout pour sauver leurs animaux de compagnie

Lorsqu'il s'agit de prendre soin de leur animal de compagnie, la plupart des millennials étaient plutôt confiants dans le fait qu'ils pourraient se permettre de payer un traitement de santé capable de sauver la vie de leur animal dans le mois à venir. Et ceux qui n’auraient pas les moyens d’absorber le coût d’une intervention vétérinaire vitale se disent prêts à prendre un deuxième emploi à temps partiel (49 %), à vendre des biens tels que des téléviseurs (43 %), des ordinateurs portables (41 %) ou des bijoux (29 %).

Cela en dit long sur la grande relation qui se développe entre les animaux de compagnie et leurs maîtres !

Bouton whatsapp