Une femme dans le coma à cause d'une bactérie mangeuse de chair

Bouton whatsapp

C'est le cauchemar d'une Australienne qui, suite à une opération, se bat pour sa vie dans le coma. En effet, Brenna McIntosh souffre d'une « maladie mangeuse de chair ».

Brenna McIntosh, est une Australienne âgée de 29 ans qui a grandi en Tasmanie. La jeune femme devait subir une abdominoplastie après avoir perdu 50 kg de manière naturelle. Elle décide alors d'avoir recours à une « opération de routine » pour retirer l'excès de peau sur son ventre, à la fin du mois de mars dernier. Brenna ne savait pas encore ce qui allait l'attendre...

À voir aussi

Néanmoins, huit jours après l'opération qui vise à retirer l'excès de peau après une trop grosse perte de poids, Brenna a développé une infection dans le bas de son abdomen. Dans un premier temps, les médecins ont cru d'abord à une « simple » infection au niveau du bas-ventre. Toutefois, les antibiotiques n'ont pas donné de résultats positifs puisque l'état de santé de Brenna s'est aggravé. 

«Bactèrie mangeuse de chair», une maladie infectieuse très rare. Crédit : Istock

Cette infection bactérienne plutôt rare s'appelle la fasciite nécrosante ou encore «punaise (bactérie) mangeuse de chair». Une maladie potentiellement mortelle qui peut survenir lorsqu'une infection endommage les propres tissus de la patiente. Brenna était trop instable pour être transférée dans hôpital disposant de chirurgiens plasticiens. De ce fait, le chirurgien plasticien est venu jusqu'à elle, explique son amie Lauren Vanderven sur la page GoFundMe.

Elle se bat pour sa vie après une intervention de “routine”

Les médecins ont découvert que Brenna souffrait malheureusement d'une maladie extrêmement rare, parfois appelée «maladie mangeuse de chair». Dans le monde, il n'y a eu qu'un seul autre cas documenté dans le même cas. Par conséquent, Brenna a été intubée et placée dans le coma artificiel. Maintenant en convalescence à l'hôpital Alfred de Melbourne en Australie, Brenna est sortie du coma il y a quelques jours. Pour ralentir la propagation l'infection, les médecins lui ont administré une oxygénothérapie hyperbare. Selon un message publié sur Facebook par son amie Lauren Vanderven, « elle a bougé les mains et sa famille a pu interagir avec elle ». Une page GoFundMe a également été créée afin qu'elle puisse rembourser ses frais médicaux. Aujourd'hui plus de 9 000 dollars ont été récoltés.

“Les gens ont tendance à assimiler la septicémie à quelque chose qui se produit dans les hôpitaux - 80 % des septicémies surviennent en dehors des hôpitaux" explique le professeur Simon Finfer de l'Institut George. Rappelons que, les personnes les plus exposées au risque de septicémie sont les très jeunes, les personnes âgées, les personnes souffrant de problèmes de santé, les femmes enceintes et les populations autochtones.

Bouton whatsapp