Les personnes qui lisent des livres vivent plus longtemps que celles qui ne lisent pas, selon une étude

1 337partages
Bouton whatsapp

Une nouvelle étude publiée dans la revue Social Science and Medicine vient de découvrir que les personnes qui lisent des livres vivent plus longtemps que celles qui ne le font pas. C’est la preuve, une fois de plus, que les avantages de la lecture ne doivent pas être sous-estimés.

À voir aussi

Crédit : patat / iStock

Des chercheurs de l'université de Yale ont interrogé 3 635 participants âgés de plus de 50 ans sur leurs habitudes de lecture. À partir de ces données, ils ont divisé les participants en trois groupes : les non-lecteurs, les personnes qui lisent moins de 3,5 heures par semaine et les personnes qui lisent plus de 3,5 heures par semaine. Les chercheurs ont suivi chaque groupe pendant 12 ans. Les personnes qui lisaient le plus étaient des femmes ayant fait des études supérieures et appartenant au groupe à revenu élevé.

Tout au long de l'étude, les chercheurs ont constaté que les deux groupes de lecteurs vivaient plus longtemps que les non-lecteurs. Les lecteurs qui lisaient plus de 3,5 heures par semaine ont vécu 23 mois de plus que les personnes qui ne lisaient pas du tout. Cette prolongation de la durée de vie s'appliquait à tous les participants qui lisaient, indépendamment des facteurs sexe, richesse, éducation ou santé explique l'étude. Il s'agit d'une réduction de 20 % de la mortalité engendrée par une activité sédentaire. Ce n'est pas rien, et c'est une solution très simple pour améliorer la qualité de vie des personnes de plus de 50 ans.

Dans le rapport d’étude, on peut lire : « comparés aux non-lecteurs de livres, les lecteurs de livres avaient un avantage de survie de 4 mois », à l'âge où 20% de leurs pairs décèdent. « Les lecteurs connaissent également une réduction de 20% du risque de mortalité sur les 12 années de suivi par rapport aux non-lecteurs. » Les auteurs poursuivent : « de plus, nos analyses ont démontré que tout niveau de lecture de livres donnait un avantage de survie significativement plus important que la lecture de journaux. Il s'agit d'une découverte inédite, car les études précédentes ne comparaient pas les types de lecture. Cette dernière indique que c'est la lecture de livres plutôt que la lecture en général qui procure un avantage. »

Crédit : Anna Stills / iStock

Pourquoi les livres font-ils vivre plus vieux ?

La raison pour laquelle les livres ont enregistré des gains plus importants que les journaux ou les magazines est que leur lecture fait appel à davantage de facultés cognitives. Les lecteurs n'avaient pas au départ des facultés cognitives plus élevées que les non-lecteurs, ils se sont simplement engagés dans l'activité de lecture, ce qui a renforcé ces capacités. « Cette découverte suggère que la lecture de livres offre un avantage de survie en raison de la nature immersive qui aide à maintenir le statut cognitif » ont déclaré les auteurs de l'étude.

Comme tout amateur de livres le sait, la lecture implique deux processus cognitifs majeurs : la lecture profonde et la connexion émotionnelle. La lecture approfondie est un processus lent au cours duquel le lecteur s'engage avec le livre et cherche à le comprendre dans son propre contexte et dans celui du monde extérieur. La connexion émotionnelle est le processus par lequel le lecteur éprouve de l'empathie pour les personnages, ce qui favorise la perception sociale et l'intelligence émotionnelle. Ces processus cognitifs ont été cités par l'équipe de Yale et utilisés comme marqueurs pour cette étude.

S'ils offrent apparemment un avantage en termes de survie, de meilleurs comportements en matière de santé et une réduction du stress peuvent également expliquer ce processus, ces avantages cognitifs sont réels, comme l'explique l'écrivain Nicholas Sparr : « toutes les données ont été déclarées par téléphone et ne tiennent pas vraiment compte des livres électroniques, mais elles sont tout de même encourageantes. Il n'y a pas vraiment d'inconvénients à lire, si ce n'est de prendre le temps de le faire. »

Source : Big Think
Bouton whatsapp