« Big John », le plus grand tricératops découvert à ce jour, vendu à Paris pour 6,6 millions d'euros

Bouton whatsapp

Hier avait lieu à Paris la vente aux enchères concernant le squelette de « Big John », un tricératops de huit mètres de long ayant vécu il y a 66 millions d’années. Et le prix final en a surpris plus d’un ! En effet, les restes de l’animal préhistorique ont été adjugés pour un montant record de 6,6millions d’euros en faveur d’un particulier américain.

Crédit : MAXPPP

À voir aussi

Et pour cause, le squelette de Big John, découvert en 2014 dans le Dakota du Sud, un État situé dans le nord des États-Unis, était connu pour être dans un état de conservation absolument exceptionnel.

Ce dernier s’explique notamment par le fait que le dinosaure, qui vivait à l’époque du Crétacé supérieur (ultime ère des dinosaures avant leur disparition), est décédé dans une plaine inondable sur Laramidia, une île-continent disparue qui s’étendait de l’actuelle Alaska jusqu’au Mexique.

La localisation de la mort de Big John est importante car elle a permis que sa carcasse soit ensevelie dans la vase, un sédiment sans activité biologique, ce qui favorise grandement la conservation.

De plus, pour ne rien gâcher à la qualité extrêmement rare du squelette, il s’est avéré que le tricératops, restauré pendant près d’un an dans un laboratoire spécialisé de Trieste, possède un crâne d’une taille extraordinaire. Lors de son passage en Italie, des partenariats scientifiques avec les universités de Bologne et de Chieti ont pu être organisés.

Crédit : Christophe Archambault / AFP

Conséquence, des équipes de chercheurs en paléontologie ont pu se pencher sur cette relique unique du passé. Et le fossile a livré quelques secrets intéressant. On apprend, par exemple, que le crâne de l’animal, complet à 70%, est 5 à 10% plus grand que celle des 40 crânes de tricératops déjà découvert jusqu’à aujourd’hui.

Mais ce n’est pas tout ! Les nombreuses analyses effectuées sur Big John ont également mis en évidence une trace de lacération proche de la zone crânienne. Selon les experts, elle pourrait témoigner d’un coup de corne reçu lors d’un affrontement avec l’un de ses congénères.

Pour rappel, les tricératops possédaient deux imposantes cornes frontales qui leur servaient à se défendre en cas d’attaque, comme vous pouvez le voir clairement sur le squelette vendu hier ou sur l’illustration 3D ci-dessous.

Crédit : DM7 / Shutterstock

Le tricératops Big John, un record de vente en Europe

Le squelette a été adjugé ce jeudi 21octobre lors d’une vente organisée au prestigieux l’hôtel Drouot et supervisée par le commissaire-priseur Alexandre Giquello.

La célèbre maison d’enchères l’avait estimé entre 1,2 et 1,5 million d’euros mais la compétition entre les onze personnes inscrites a finalement fait augmenter sa valeur jusqu’à la somme de 5,5 millions d’euros hors frais et donc 6,6 millions d’euros frais compris.

Crédit : François Mori / AP

Il s’agit ni plus ni moins du plus haut prix jamais atteint dans le cadre d’une vente d’un fossile en Europe. « C’est un prix remarquable. Je ne m’attendais pas à un tel résultat, c’est sûr » a déclaré Iacopo Briano, l’expert en paléontologie et histoire naturelle présent lors de l’événement.

Malgré le montant impressionnant de la vente de ce tricératops, on est encore bien loin du record mondial en la matière. Ce dernier est toujours détenu par le squelette d’un T-Rex, adjugé pour 27,3 millions d’euros en 2020 à New York.

Évidemment, l’identité de l’heureux particulier américain qui a raflé la mise n’a pas été divulguée. Cependant, l’émissaire qu’il a envoyé sur place pour négocier le fossile a fait savoir que son client était « tombé sous le charme du squelette » et qu’il viendrait « compléter sa collection personnelle ».

Crédit : Christophe Archambault / AFP

Ceci étant dit, il n’est pas non plus impossible que dans le futur, Big John soit prêté à un musée afin d’être exposé et ainsi visible du grand public, comme c’est souvent le cas dans ce genre d’acquisition par de riches collectionneurs.

Incroyable, n’est-ce pas ?

Source : REUTERS
Bouton whatsapp