Découverte en Guadeloupe de la plus grosse bactérie au monde

1 203partages
Bouton whatsapp

En Guadeloupe, un chercheur a découvert la plus grosse… bactérie du monde ! Sans surprise, cette trouvaille observable à l’œil nu fascine la communauté scientifique.

C’est bien connu : l’île papillon abrite des plages paradisiaques, des paysages à couper le souffle et... la plus grosse bactérie du monde. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude publiée ce jeudi 23 juin dans la revue Science.

Crédit Photo : AFP/Pierre-Yves Pascal

La bactérie est visible à l’œil nu

L’organisme a été découvert en 2009 dans la mangrove guadeloupéenne par Olivier Gros, microbiologiste à l’Université des Antilles : « Je l’ai collecté et ramené au laboratoire, par pure curiosité. Vu la taille, je pensais avoir affaire à un champignon ou une structure filamentaire eucaryote », explique le scientifique.

Crédit Photo : AFP/Pierre-Yves Pascal / Lawrence Berkeley National Laboratory

Finalement, les analyses cellulaires ont révélé que le champignon était en réalité un organisme bactérien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce dernier sort du lot. La raison ? Cette bactérie est 5 000 fois plus grande que ses semblables.

«Thiomargarita magnifica» mesure jusqu’à deux centimètres. Autre caractéristique : elle ressemble à un cil et est visible à l’œil nu : « Quand la taille moyenne d’une bactérie est de deux à cinq micromètres, celle-ci se voit à l’œil nu, je peux la prendre avec une pince à épiler ! », précise le spécialiste.

Une seule et même cellule

Selon une biologiste travaillant dans le même laboratoire, la bactérie fait partie de la famille Thiomargarita. À noter que ce genre bactérien utilise des sulfures pour se développer. Mais ce n’est pas tout ! Des travaux menés au CNRS ont démontré qu’il s’agissait d’une seule cellule.

Olivier Gros et son équipe ont réalisé un travail de titan pour prouver l’existence d’un tel organisme à la communauté scientifique. Ils ont collaboré avec Jean-Marie Volland, auteur de l’étude et enseignant-chercheur à l’Université de Berkeley.

Crédit Photo : AFP/Pierre-Yves Pascal

« Ce serait comme rencontrer un humain aussi grand que le mont Everest », se disait-il à l’époque. Sa mission ? Réussir à rendre une image de la bactérie dans son ensemble, grâce à des « analyses de microscopie en trois dimensions, à plus fort grossissement ».

Et le chercheur a relevé le défi haut la main. Il faut dire que le laboratoire de la faculté américaine était équipé de techniques de pointe. Aujourd’hui, ses images en 3D prouvent que l’ensemble du filament est bien une seule et même cellule.

Crédit Photo : AFP/Pierre-Yves Pascal

Selon ses dires, la bactérie est plus « complexe que ses semblables ». Il s’agit d’une découverte « totalement inattendue qui chamboule pas mal les connaissances en microbiologie ».

Source : AFP
Bouton whatsapp