Selon la science, les champignons de type fungi absorberaient bien plus de carbone qu'on ne le pensait

Bouton whatsapp

Une série de découvertes scientifiques est récemment venue bouleverser les idées reçues de nombreux biologistes sur le champignon appelé «white-rot fungi» et a apporté un peu de lumière sur le mécanisme de piégeage du carbone dans la nature.

Crédit : Lost River Photo / Shutterstock

À voir aussi

Si vous avez déjà rencontré un arbre en fin de vie dans les bois ou des algues vertes sur un lac, vous avez été témoin de champignons à l'œuvre. Pourtant, les scientifiques commencent tout juste à comprendre le rôle vital que ces organismes présents aux quatre coins du monde jouent dans le piégeage du carbone, notamment grâce à deux études réalisées en 2021 qui ont permis d’en apprendre bien plus à leur sujet.

Les chercheurs savaient déjà qu'il y a 300 millions d'années, ces champignons connus pour leur moisissure blanche avaient acquis la capacité unique de digérer la lignine. Il s'agit du polymère naturel et résistant contenu dans les parois cellulaires des arbres, qui les rend rigides et ligneux. Cette super compétence fongique en matière de digestion a mis fin à la période carbonifère en décomposant les débris ligneux qui se seraient fossilisés en charbon. Mais jusqu’à aujourd’hui, personne ne savait vraiment ce qu'il advenait du carbone contenu dans la lignine.

Crédit : Energy

Les scientifiques ont longtemps pensé qu'il s'était simplement évaporé dans l'atmosphère. Mais cela ne convenait pas à Davinia Salvachúa Rodríguez, microbiologiste au National Renewable Energy Laboratory de Golden, dans le Colorado. Après avoir étudié pendant dix ans le white-rot fungi, elle a démontré qu'il mange le carbone de la lignine pour alimenter sa croissance, selon une étude publiée en mars dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). La découverte de Davinia Salvachúa Rodríguez fait apparaître ces champignons comme un acteur clé dans la séquestration du carbone dérivé de la lignine dans le sol.

De même, la microbiologiste Anne Dekas, de l'université de Stanford, a publié en juin une étude dans PNAS montrant que des champignons parasites qui vivent sur de minuscules algues dans les océans et les lacs éliminent une partie du carbone contenu dans les algues, qui pourrait autrement retourner dans l'atmosphère.

Crédit : Wood Wild Park

Des champignons pour siphonner le carbone

La sagesse conventionnelle voulait que tout le carbone contenu dans les algues reste dans une boucle de rétroaction microbienne près de la surface de l'eau, où les microbes consommaient les plantes vertes et libéraient ensuite le C02. Mais le travail d’Anne Dekas et de ses collègues a montré que les champignons siphonnent jusqu'à 20 % du carbone des algues. Puis, comme ils sont plus nombreux que les microbes dans la boucle de rétroaction, ils deviennent un repas plus probable pour les espèces plus grandes, qui les retirent de la boucle.

Au fur et à mesure que le carbone remonte la chaîne alimentaire, il peut finir par tomber au fond de l'océan, qui piège également le carbone, lorsque l'espèce supérieure meurt. «Beaucoup de microbiologistes aquatiques n'ont pas du tout les champignons à l'esprit. Mais si vous voulez vraiment comprendre l'ensemble du système, vous devez inclure les champignons» explique Anne Dekas.

Bouton whatsapp