À 56 ans, cet américain malade a terminé plusieurs marathons avec seulement 30% de capacité pulmonaire

Bouton whatsapp

À l’arrivée du marathon de Chicago, des milliers de coureurs étaient à bout de souffle. Mais l’un d’entre eux a réussi l’exploit de terminer les 42,195 km avec seulement 30% de capacité pulmonaire.

Crédit : inofab health

À voir aussi

Il y a onze ans, Russell Winwood, 56 ans, de Brisbane, en Australie, a appris qu'il était atteint d'une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), un groupe de maladies qui provoquent un blocage du flux d'air et des problèmes liés à la respiration, notamment la bronchite chronique et l'emphysème. Le dimanche 9 octobre, ce père de quatre enfants a couru Chicago tout en collectant des fonds pour la Fondation BPCO. Ce n'est que le dernier défi en date pour Winwood, qui n'a cessé de défier les probabilités contre une maladie progressive et incurable.

Russell Winwood a terminé le marathon de Chicago en un temps de 6:28:33, une performance solide, si l'on considère que pour gérer son effort respiratoire et empêcher ses poumons de s'hyperinflammer, il court pendant 400 mètres et marche pendant 100 mètres tout au long du parcours.

Chicago était la quatrième étape du coureur dans son objectif de courir les six marathons majeurs du monde. Il a notamment participé au marathon de New York en 2015, au marathon de Londres en 2017 et au marathon de Boston en 2018. Il est inscrit au marathon de Tokyo en 2023 et espère participer à celui de Berlin au cours des deux ou trois prochaines années, avant que ses médecins ne lui disent qu'il devra arrêter de courir en raison de la diminution de sa capacité pulmonaire. Mais ce pronostic ne l'a pas ralenti le moins du monde.

Crédit : inofab health

« J’ai eu un parcours de santé qui m'a forgé le caractère. Ce que j'ai vécu au cours des 20 dernières années a fait de moi une meilleure personne, avec une vision différente de la vie et de ce qui est important, donc si c'est ce qu'il m'a fallu pour en arriver là, alors c'est un juste compromis » a déclaré Russell Winwood à nos confrères de Runner's World.

Russell Winwood a grandi avec de l'asthme, mais il était encore capable de participer à des sports et à des activités dans son enfance. En vieillissant et en commençant à fumer, son asthme s'est aggravé. Des années de stress et un mode de vie malsain ont abouti à une expérience de mort imminente à 36 ans. En effet, en 2002, il a eu une attaque. « Cela m'a fait prendre conscience que je devais retrouver la santé » a-t-il confié.

Il s'est alors mis au vélo et aux triathlons, tout en gérant son asthme. Mais Russell Winwood a continué à avoir des infections pulmonaires chaque fois que l'intensité de l'entraînement augmentait. En 2011, il a consulté un médecin pour en déterminer la cause et après une série de tests, ils ont découvert qu'il souffrait de BPCO. À l'époque, sa fonction pulmonaire était enregistrée à 22 %. Les médecins lui ont dit qu'il aurait probablement besoin d'une transplantation pulmonaire dans les cinq ans. « C’était un grand choc, parce que j'avais retrouvé ma santé en menant une vie saine, mais j'ai reçu ce diagnostic et c'était comme un coup de pied dans la fourmilière » a-t-il expliqué.

Ne reculant devant aucun défi, Russell Winwood a regardé l'un de ses amis terminer un Ironman et a eu envie d'essayer cette distance. Il a déclaré que son médecin lui avait dit qu'il ne serait pas possible de finir, étant donné le stade de sa maladie, mais qu'il l'aiderait quand même à s'entraîner en toute sécurité. « J’aime prouver que les gens ont tort » a déclaré Russell Winwood.

Crédit : Runner's World

Un mental hors-norme

Lors de la course Ironman Australia 2012, il a ainsi terminé en 16:50:54, un moment déterminant dans son parcours. Aujourd'hui, avec plusieurs Ironman et marathons à son actif et six ans après le moment où les médecins pensaient qu'il aurait besoin d'une transplantation pulmonaire, Russell Winwood continue de repousser les limites. Avec n'importe quelle maladie, les gens sont mis dans une boîte et on leur dit « c’est votre vie à partir de maintenant » a-t-il confié, avant d’ajouter : « ça n'a pas à l'être. C'est à vous de faire ce que vous voulez. »

Pour le traitement, Russell Winwood prend quatre médicaments différents en inhalation. Si la maladie s'aggrave, il prend des stéroïdes ou des antibiotiques. Aujourd'hui, sa capacité pulmonaire est de 30 %. Lorsqu'il décrit ce que l'on ressent en courant avec la maladie, il compare cela à la suffocation ou à la noyade. Mais grâce à un entraînement régulier, des techniques de respiration et l'assistance d'une bouteille d'oxygène, il a pu continuer à faire ce qu'il aime.

Crédit : Runner's World

Il a commencé à utiliser la bouteille d'oxygène en 2020 après avoir appris que son taux d'oxygène diminuait à mesure qu'il faisait des efforts. En plus de la bouteille d'oxygène, qui pèse près de trois kilos, Russell Winwood participe à des courses avec un coureur de soutien qui transporte des batteries supplémentaires pour la bouteille.

Bien que courir des marathons ne soit pas chose courante pour les personnes atteintes de BPCO, pour lui, ce sport lui servait de forme de méditation et de motivation. « Avec un peu de chance, je peux prolonger ma vie, et c'est ce que la course à pied me donne » a-t-il déclaré tout en encourageant les autres patients atteints des mêmes soucis de santé à également trouver leurs propres formes d'activité pour améliorer leur qualité de vie.

Pour chaque course qu'il termine, Russell Winwood collecte des fonds pour des organisations pulmonaires locales. Jusqu'à présent, il a récolté près de 100 000 euros pour des organisations à but non lucratif dans le monde entier. Lors du marathon de Chicago, par exemple, Russell Winwood a recueilli 2 080 euros, dépassant ainsi son objectif. En tout cas, une chose est sûre, son abnégation force le respect et on ne peut qu’être admiratif de son parcours.

Source : Yahoo
Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter