Coup de froid sur les JO, un biathlète boucle son épreuve avec le... pénis gelé

1 469partages
Bouton whatsapp

Un biathlète finlandais engagé sur le 30 km des JO de Pékin a connu le pire de la course qu'il a terminée avec... le pénis gelé.

Les vingt-quatrièmes Jeux olympiques d’hiver de Pékin ont connu leur épilogue ce dimanche avec en point d’orgue une belle cérémonie de clôture, qui aura vu la délégation tricolore (10e au tableau des médailles) défiler dans le sillage de son leader de biathlète Quentin-Fillon Maillet.

Grand bonhomme de cette olympiade, le Jurassien de 29 ans a en effet marqué les Jeux de son empreinte en repartant de la capitale chinoise avec 5 médailles, dont deux en or.

Une moisson sans précédent qui fait de QFM le sportif français le plus médaillé de l’histoire sur une même édition des JO d’hiver.

Si le successeur désigné de Martin Fourcade a triomphé lors de cette quinzaine, il n’en a pas été de même pour tout le monde, à commencer par son collègue finlandais Remi Lindholm qui a vécu une expérience aussi étonnante que douloureuse le 19 février, lors du 30 km messieurs, remporté par le russe Alexander Bolshunov.

Crédit photo : Profimedia

Il termine son épreuve de biathlon avec le... pénis gelé

Arrivé 28e lors de cette course - dont la distance initiale était de 50km avant d’être raccourcie, en raison des températures glaciales (jusqu’à -20°) - le biathlète a ainsi vécu un véritable calvaire en terminant l’épreuve avec le… pénis gelé.

L’anecdote a de quoi faire sourire mais l’intéressé a pourtant souffert le martyre ! 

Lindholm a en effet confié aux médias finlandais qu’il avait sacrément « dégusté ». « Vous pouvez deviner quelle partie de mon corps était gelée quand j’ai terminé. C’est l’une des pires courses à laquelle j’ai pris part. Il a fallu se battre jusqu’au bout », a-t-il ainsi raconté, selon des propos rapportés par le Guardian.

Une fois la ligne d’arrivée franchie, le sportif de 24 ans pensait en avoir fini avec la souffrance mais il n’était pas au bout de ses peines, car lorsqu’il a fallu réchauffer son entrejambe pour retrouver quelques sensations, le mal s’est subitement réveillé.

« Quand mon corps a commencé à se réchauffer après l’arrivée, la douleur est devenue insupportable », a précisé le malheureux, qui s’en est sorti avec une belle frayeur.

S’il est reparti bredouille et sans médaille de Pékin, Lindholm se consolera néanmoins en se disant qu'il a quand même pu consolider ses… bijoux de famille.

Bouton whatsapp