Top 10 des plus grandes joueuses de tennis de l'histoire

Bouton whatsapp

La Française Suzanne Lenglen, les soeurs américaines Serena et Venus Williams, l'américaine Billie Jean King… elles ont toutes marquées l'histoire du tennis dans le monde. Portraits des quinze plus grandes joueuses de l'histoire.

À voir aussi

En janvier 2022, Rafael Nadal a remporté l'Open d'Australie, en battant Daniil Medvedev en finale du tournoi, de quoi lui permettre de battre le record de victoires en Grand Chelem des joueurs hommes. Au total, il a remporté vingt-et-une compétitions majeures, soit un de plus que Novak Djokovic et Roger Federer. «Rafaël Nadal devient le joueur le plus titré de l'histoire en Grand Chelem», a-t-on pu lire en titre de nombreux articles. Et s'il est effectivement le premier homme à cumuler autant de titres, d'autres ont déjà fait mieux : des femmes. Margaret Smith Court a remporté vingt-quatre tournois du Grand Chelem, Serena Williams vingt-trois et Steffi Graf vingt-deux. Des records rarement soulignés par les médias relatant l'exploit de Rafael Nadal, ce qui en dit long sur la place des femmes dans le tennis.

La place des femmes dans le tennis / Crédit : Unsplash

L'histoire du tennis et des femmes

Le tennis tient son origine du jeu de paume, un sport de balle où les joueurs - et les joueuses, le sport n'était pas réservé aux hommes - tapaient avec la paume de la mains. Les raquettes et le filet ont été ajoutés pour que cela devienne le tennis, mot inventé par Walter Clopton Wingfield, en 1874. Trois ans plus tard, en 1977, le tournoi Wimbledon, en Angleterre, est créé, cinq ans avant Roland-Garros. Mais les compétitions sont d'abord fermée aux femmes. Ce n'est qu'en 1884 qu'elles disputent pour la première fois un match à Wimbledon, dans des tenues pas vraiment adaptée à la pratique du sport : robe à manches longues avec jupons jusqu'aux chevilles, avec corset, bas et chapeau. L'épreuve féminine des internationaux de France est, elle, créée en 1897, mais les tenniswomen ne sont pas nombreuses sur les courts… il n'y a que trois inscrites la première années.

Petit à petit, les femmes se sont fait une place dans les compétitions de tennis, mais la parité des gains n'est intervenue qu'en 2007. Pendant toutes ses années, de nombreuses tenniswomen se sont illustrés sur les courts. Voici le top 10 des femmes qui ont marqué l'histoire du tennis.

Suzanne Lenglen (1899 - 1938), la première star internationale du tennis féminin

Suzanne Lenglen a commencé le tennis dès son plus jeune âge, entraînée par son père. Il a fait d'elle une championne, qui a remporté 98% des matchs qu'elle a disputé. Elle était surnommée «la divine». Suzanne Lenglen a notamment remporté deux fois les internationaux de France, six fois Wimbledon et a remporté la médaille d'or olympique en simple dames aux Jeux d'Anvers en 1920. En 1997, son nom a été choisi pour rebaptiser le court A du stade des internationaux de France, à Porte d'Auteuil, construit en 1994.

Suzanne Lenglen a donné son nom à un terrain du stade des internationnaux de France / Crédit : Unsplash

Althea Gibson (1927 - 2003), la première femme noire à remporter un titre du Grand Chelem

Althea Gibson est une tenniswoman américaine qui s'est illustrée sur les courts dans les année 1950. En 1956, elle remporte la compétition aux internationaux de France, devenant ainsi la première femme noire à gagner un titre du Grand Chelem, et, ce, douze ans avant Arthur Ashe chez les hommes. L'année suivante, elle s'impose à Wimbledon et reçoit la coupe des main d'Elisabeth II. Au total, Althea Gibson a remporté onze Grand Chelem en simple, en plus de sa carrière de golfeuse professionnelle. Elle a consacré la fin de sa vie à l'accessibilité du tennis dans les quartiers défavorisés.

Margaret Smith Court (1942 - ), la détentrice du records de victoires en Grand Chelem

L'Australienne Margaret Smith Court est considérée comme l'une des plus grandes femmes de l'histoire du tennis, notamment grâce à ses vingt-quatre titres en Grand Chelem, sur quarante-sept participations. Record qui n'a (pour l'instant) jamais été égalé. Elle a également multiplié les victoires en double dames et en double mixte.

Billie Jean King (1943 - ), la gagnante d'un match contre un joueur sexiste

L'Américaine Billie Jean King a remporté entre 1959 et 1990 trente neuf titres en Grand Chelem (douze en simple dame, seize en double dames et onze en double mixte). Elle est restée tout en haut de classement mondial de 1966 à 1974. Mais Billie Jean King s'est aussi illustrée en 1973 en battant Bobby Riggs, ancien numéro un mondial qui assurait que jamais une femme ne pourrait le battre. Une histoire qui a inspiré le film Battle of the sexes (2017), de Jonathan Dayton et Valerie Fais, avec Emma Stone dans le rôle de la tenniswoman.

Emma Stone dans Battle of the Sexes / Crédit : Fox Searchlight Pictures

Steffi Graf (1969 - ), l'unique vainqueure du Grand Chelem doré

Steffi Graf, allemande, a fait carrière entre 1982 et 1999. Elle a remporté vingt-deux titres du Grand Chelem, de quoi faire partie des plus grandes championnes du tennis féminin derrière Margaret Smith Court (vingt-quatre en Grand Chelem) et Serena Williams (vingt-trois). Steffi Graf a même accompli le Grand Chelem calendaire en simple en 1988, c'est-à-dire qu'elle a remporté les quatre compétitions majeures la même année, et elle a obtenu la médaille d'or en simple aux Jeux Olympiques de Séoul, réalisant ainsi un Grand Chelem doré. Exploit dont Steffi Graf est la seule vainqueure.

Monica Seles (1973 - ), la plus jeune gagnante de Roland-Garros

Monica Seles est une tenniswoman de l'ex-Yougoslavie, naturalisée américaine en 1994. Elle a remporté le tournoi de Roland-Garros en 1990 alors qu'elle n'avait que seize ans et demi, devenant la plus jeune gagnante. L'année suivante, en 1991, elle devient la plus jeune numéro un mondiale au classement WTA, interrompant le règne de Steffi Graf. Avant ses vingt ans, elle remporte huit titres en Grand Chelem. Elle est poignardée dans le dos par un spectateur lors d'un match à Hambourg, en 1993. Obligée d'interrompre sa carrière, Monica Seles fait son retour sur les courts en 1995 mais ne retrouve pas son niveau d'avant.

Amélie Mauresmo (1979 - ), la tenniswoman française la plus titrée en simple dames

La Française Amélie Mauresmo a commencé le tennis très jeune, et a remporté ses premières victoires à Roland-Garros et Wimbledon dans la section junior. Elle a remporté l'Open d'Australie et Wimbledon en 2006, année où elle a été numéro un mondiale. Elle est la Française la plus titrée, devant Mary Pierce, Marion Bartoli et Julie Halard. Amélie Mauresmo a pris sa retraite sportive en 2009, pour devenir entraîneure.

Les soeurs Williams : Venus (1980 - ) et Serena (1981 - ), les premières femmes noires numéro un mondiales

Nées dans un famille pauvre, Venus et Serena Williams, ont été entraînée très jeunes pour devenir championnes et pour sortir de la misère sociale par leur père. En 2002, l'aînée devient la premier femme noire numéro un mondiale, quelques mois seulement avant la cadette. Serena William a remporté trente-neuf titres en Grand Chelem en simple et en double. Elle a remporté quatre médaille d'or aux Jeux Olympiques (trois avec sa soeur Venus et une en simple). D'ailleurs, si les soeurs ont joué ensemble, elles ont aussi été en concurrence : la plus jeune a remporté dix-neuf des trente-et-un matchs qu'elles ont disputés. Elle s'est illustrée par son jeu super puissant.

Venus et Serena / Crédit : Instagram

Maria Sharapova (1987 - ), la meilleure joueuse russe de tennis féminin

Maria Sharapova, née en Sibérie, s'est illustrée sur les courts de tennis entre 2001 et 2020. Elle est la première femme russe à remporter Wimbledon en 2004, et la première russe à devenir numéro un mondiale au classement WTA. Elle a multiplié les victoires, de quoi faire d'elle la meilleure joueuse russe de l'histoire du tennis. En 2016, elle a été suspendue deux ans par la Fédération internationale de tennis pour avoir été contrôlée positive au meldonium, pendant l'Open d'Australie. En appel, sa suspension a été réduite à quinze mois, car le Tribunal arbitral du sport a reconnu qu'elle n'avait pas consommé le produit dopant de manière volontaire.

Naomi Osaka (1997 - ), la première japonaise à remporter un titre en Grand Chelem

Naomi Osaka, joueuse japonaise, fait partie de la nouvelle génération de championne. Elle a été révélé en 2016. En 2018, à 21 ans seulement, elle a remporté le tournoi d'Indian Wells, puis l'US Open, et, en 2019, l'Open d'Australie. Elle est la première japonaise à remporter un tournoi du Grand Chelem et à occuper la tête du classement mondial. Côté hommes, aucun joueur japonais n'a encore réalisé cet exploit. Naomi Osaka est également connue pour son engagement : en 2020, elle a soutenu le mouvement Black Lives Matter, en 2021 et elle a refusé de participer aux conférences de presse de Roland-Garros pour protéger sa santé mentale, avant de quitter le tournoi sous trop de pression.

Naomi Osaka / Crédit : Instagram

Beaucoup d'autres femmes se sont illustrées dans le tennis. On aurait pu parler de Christ Evert, qui détient le record de victoires a Roland Garros, on aurait pu évoquer Anne Kournikova, tenniswoman devenue mannequin. On aurait pu choisir la dernière gagnante des internationaux de France, Barbora Krejčíková. On aurait pu aussi parler de Peng Shuai, tenniswoman chinoise qui a mystérieusement disparu après avoir accusé Zhang Gaoli, un politique chinois, et qui est tout aussi mystérieusement réapparue en disant que ses déclarations étaient « fausses » et qu'elle prenait sa retraite sportive. Les championnes et les parcours sont nombreux. 

Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter