Bloqués toute la nuit dans un train, ils se voient proposer une drôle de compensation de la part de la SNCF

Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 juillet, des voyageurs d’un train SNCF ont vécu un véritable calvaire en se retrouvant bloqués dans un train en panne jusqu’au petit matin.

Il y a des façons bien plus idéales pour commencer ses vacances ! Les passagers de l’Intercités 3665 reliant Paris à Cahors (Lot), parti ce jeudi 4 juillet à 17h28, ont bien cru qu’ils n’allaient jamais arriver à destination. En effet, leur train s’est retrouvé immobilisé durant de longues heures à cause d’une panne de locomotive, survenue peu de temps après son départ de la capitale.

Priés de rejoindre le quai de la gare d’Étampes, dans l’Essonne, les passagers ont dû prendre leur mal en patience. Certains de ces derniers ont tout de même fait le choix de prendre un train pour faire le sens inverse et rentrer chez eux, alors que la locomotive de secours se faisait attendre.

train sncfCrédit photo : iStock

Ils ont eu le flair parce que la suite des événements va leur donner raison. Peu après 20h30, soit 3 heures après le départ, tout le monde est toujours bloqué à la gare d’Étampes. La longueur de l’intervention se fait sentir et les passagers comprennent que c’est parti pour durer très longtemps :

“Notre nuit est foutue” (Un passager)

L’annonce surprenante de la voiture-bar

Deux heures plus tard, une rumeur se propage parmi les rames impliquant le technicien affrété qui aurait… oublié sa clé de 12. Initialement, le train était censé arriver à destination à 23h15 mais à cette heure-ci, il se trouve encore à 500 kilomètres de là.

De plus, un médecin est également appelé sur les lieux en urgence après une série de malaises. C’est à ce moment-là qu'une annonce de la voiture-bar surprend les passagers. Il s’agit d’une réduction de 30% sur toute la carte en guise de compensation. Une compensation totalement ridicule selon un passager :

“Tu parles d’un cadeau !” (Un passager)

Wagon bar d'un train SNCFCrédit photo : SNCF

Finalement, trente minutes après l’annonce officialisant la bonne remise en marche du train, les passagers ont donc pu emprunter un train de nuit. Les plus téméraires qui ont survécu à cette nuit sont arrivés à destination aux alentours de 5h du matin, soit avec six heures de retard.

Naturellement, la SNCF a dû faire plus qu’une réduction à la voiture-bar pour compenser les passagers. Ils obtiendront ainsi 75% de réduction sur leur voyage. Une prise en charge à l’hôtel a également été proposée aux trois voyageurs ayant raté leur correspondance. C’était un vrai voyage au bout de la nuit !

Encore une (mauvaise) publicité dont la SNCF se serait certainement bien passée...

Régulièrement montrée du doigt pour des problèmes de retards ou des amendes jugées abusives, la société n'en finit plus d'exaspérer les usagers qui n'ont de cesse d'interpeller la direction sur les réseaux sociaux.

Logo de la SNCFCrédit photo : iStock

En mars dernier, un homme avait ainsi fustigé l'attitude d'un contrôleur qui lui avait infligé une sévère amende de 270 euros parce qu'il venait d'échanger son billet de TGV avec un autre passager, afin que ce dernier puisse voyager aux côtés de son enfant. L'histoire avait suscité une telle polémique que la SNCF avait fini par s'excuser et annuler l'amende.

Nul doute que cet énième incident en gare d'Étampes sera de nature à ternir une réputation déjà bien écornée.


VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Jérémy Birien

Journaliste, rédacteur en chef