Dans cette ville de France, nourrir les chats errants et les pigeons sera passible de 450 euros d'amende

À Roanne, dans la Loire, la municipalité a pris une mesure forte pour sensibiliser à l’impact du nourrissage des animaux sauvages. Désormais, les habitants qui donneront à manger aux chats errants et aux pigeons pourront écoper de 450 euros d’amende.

Les amendes sont de plus en plus nombreuses dans les villes de France en ce qui concerne la cause animale. À Roche-la-Molière, les habitants qui ne ramassent pas les déjections de leurs chiens devront payer 350 euros d’amende. Récemment, la municipalité de Roanne a également pris une décision forte.

Crédit photo : iStock

Désormais, dans cette ville de la Loire, les habitants ne pourront plus nourrir les animaux sauvages comme les chats errants, les pigeons et les rats. La municipalité souhaite sensibiliser les personnes à l’impact du nourrissage des animaux sauvages ou errants dans la commune. Ainsi, les habitants qui donnent à manger à ces animaux pourront écoper d’une amende de 450 euros.

“La Ville de Roanne est dotée d’une référente animale qui sera assermentée. Elle se déplacera pour prévenir et verbaliser en cas de récidive. Les policiers municipaux pourront aussi le faire”, a précisé Romain Bost, conseiller municipal chargé du bien-être animal, de la nature en ville et des forêts communales.

Sensibiliser les habitants

La raison d’une telle décision ? Depuis quelque temps, plusieurs habitants de la commune se plaignent régulièrement de l'augmentation de la population de chats errants et de rats dans Roanne. Les rongeurs augmentent les risques d’insalubrité dans la ville ainsi que la propagation des maladies.

“Les conséquences sur l’environnement sont graves. C’est aussi une question de santé publique et d’hygiène”, a indiqué Romain Bost.

Toutefois, les habitants pourront toujours nourrir les chats errants, mais uniquement dans des abris à chats répartis dans la ville.

Crédit photo : iStock

“Nourrir un chat errant n’est pas dans l’intérêt de la cause animale car cela encourage la reproduction et potentiellement l’euthanasie (que pratiquent certaines fourrières) des futures portées de chats qui s’installeraient dans votre quartier”, explique la SPA.

Face à cette décision, les Roannais sont mitigés. La fondation 30 Millions d’Amis a quant à elle affirmé que la commune avait pris la bonne décision.

Source : Le Progrès
VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Lisa Guinot

Arrivée tout droit de l’université, Lisa a fait ses premiers pas dans la rédaction web à Demotivateur. Armée de ses mots, elle aspire avant tout à partager des informations pour sensibiliser aux sujets qui lui tiennent à cœur, comme les enjeux environnementaux et la cause animale. En plus de son goût pour la musique, la gastronomie et le cinéma, Lisa a un petit plaisir caché pour l’astrologie.