Seine-Maritime : le tribunal de Rouen contredit l'arrêté du préfet autorisant l'abattage de 850 renards

1 035partages
Bouton whatsapp

Entre le préfet de Seine-Maritime et le tribunal de Rouen, il y a comme une légère mésentente. Ce dernier vient d’annuler une nouvelle fois un arrêté pris par le préfet qui autorisait l’abattage de 850 renards dans la région.

Crédit : Leuchtpunkt/ Pixabay

En 2012, le département de Haute-Normande classait le renard comme « espèce nuisible » dans un décret. Il autorisait ainsi le renard à être chassé. Néanmoins, le tribunal de Rouen en avait décidé autrement, annulant le décret.

Le 21 février 2020, le représentant de l’État avait autorisé la chasse de 850 renards au maximum en Seine-Maritime, évoquant la hausse de « prédation de cette espèce sur le petit gibier, plus particulièrement les perdrix grises », comme le rapportent nos confrères de Paris Normandie. Mais aussi le « risque de propagation de maladies transmissibles à l’homme et véhiculées par le renard » ainsi que la « nécessité de protéger les élevages avicoles ».

Une série d’arguments que contestaient les associations de défense des animaux et qui vient d’être rejetée par le tribunal administratif de Rouen... une fois de plus.

L’État doit verser 1 300 euros aux associations

C’est sur le tard, mardi 29 mars dernier, que le tribunal de Rouen est finalement parvenu à annuler l’arrêté du préfet. En prime, l’État doit verser 1 300 euros aux associations Aves France (Agir pour le vivant et les espèces sauvages), Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

Par ailleurs, la Fondation 30 millions d’amis demande à nouveau de retirer le renard de la liste des « espèces nuisibles ».

Comme le rappelle à juste titre Paris Normandie, « fin juin 2021, la juridiction avait annulé définitivement l’arrêté préfectoral qui autorisait l’abattage de 1 430 renards en cinq mois ». Cet arrêté avait créé une vive polémique et avait été relayé dans les médias. Le tribunal de Rouen était parvenu à suspendre cet arrêté.

Source : 20 Minutes
Bouton whatsapp