Depuis des décennies, ces installations olympiques abandonnées sont retournées à la nature

656partages

Les Jeux Olympiques de Tokyo commencent dans quelques jours. Cette grande messe est l’événement sportif le plus suivi au monde avec une moyenne de 800 millions de téléspectateurs. Une fête du sport ternie cette année par la pandémie de Covid-19 qui sévit. Pourtant, vous allez découvrir dans cette sélection de photos que les Jeux Olympiques revêtent un côté plus sombre après la victoire.

Athènes 2004, épreuve du canoë-kayak

Crédit : Imgur

Des lieux fantômes, abandonnés et laissés pour compte à la nature qui a repris depuis quelques années ses droits. Ce ne sont pas les décors d’un film post-apocalyptique, mais ceux, bien réels, d’anciennes installations olympiques.

Tribunes, villages olympiques, épreuves de bobsleigh, épreuves de ski, piscine olympique ou autres stades sont autant de lieux propres aux Olympiades désormais abandonnés. Désertés, la plupart de ces lieux emblématiques n’ont pas trouvé de second souffle, s’éteignant lentement. Les infrastructures sont désormais inutilisables.

Des coûts faramineux pour les Jeux Olympiques

Pékin 2008, épreuve de canoë-kayak

Crédit : AFP/ Greg Baker

Après les Jeux Olympiques de Rio 2016, la justice brésilienne a ordonné la fermeture de toutes ses installations par manque de sécurité (coût total des Jeux : 12 milliards d’euros). Et que dire de Pyeongchang en Corée Sud qui avait accueilli les JO d’hiver en 2018 ? La neige a fondu et le boom touristique espéré n’a pas eu lieu. Les infrastructures de bobsleigh et de luge ont été fermées au public à cause du coût de l’entretien (coût total des Jeux : 800 millions d’euros). Puis Athènes qui, après les Jeux de 2004, a subi un énorme gouffre financier pour un coût estimé entre 9 et 11 milliards d’euros.

Depuis la fin des Jeux de Sarajevo, en 1984, il ne reste plus que des vestiges. Des bâtiments ont été reconvertis en bunkers car la guerre de 1991 est passée par là. D’autres se sont transformés en cimetière. Pékin n’est pas en reste malgré ses 44 milliards d’euros investis, les Jeux les plus chers de l’histoire.

Une triste réalité après l’effervescence des Jeux où la nature reprend ses droits.

Sarajevo 1984, village olympique

Crédit : Imgur

Athènes 2004, tribunes des épreuves de baseball

Crédit : getty images sport Milos Bicanski Stringer

Rio 2016, piscine olympique

Crédit : Getty images sport Buda Mendes Staff

Grenoble 1968, Saint-Nizier-du-Moucherotte, épreuve du tremplin

Crédit : Google view

Sarajevo 1984, épreuve de bobsleigh

Crédit : Maxppp/ Fehim Demir

Sarajevo 1984, épreuve du tremplin

Crédit : Maxppp/ Fehim Demir

Athènes 2004, épreuve du plongeon

Crédit : Maxppp/ Brecht De Vleeschauwer

Pyeongchang 2018, village olympique

Crédit : Yelim Lee

Sarajevo 1984, épreuve de bobsleigh

Crédit : Getty images/ AFP/ ELVIS BARUKCIC Stringer

Les mascottes des JO de Pékin 2008

Crédit : AFP/ Greg Baker

Infrastructure olympique, Sarajevo 1984

Crédit : Maxppp/ Fehim Demir

Stade, Athènes 2004

Crédit : Maxppp/ Brecht De Vleeschauwer

Stade olympique, Rio 2016

Crédit : Maxppp/ Antonio Lacorda

Rio 2016, épreuve de volleyball

Crédit : AFP/ Greg Baker

Source : Thrillist
Plus d'articles
À lire aussi