Zoo d'Amnéville : le cadavre d'Olaf, un ours polaire, aurait été tronçonné après avoir été refusé à la déchetterie

7 175partages

La dépouille d’Olaf, un ours polaire mort de vieillesse en juillet 2018, encombrait le zoo d’Amnéville. Le zoo a alors essayé de se débarrasser du corps à la déchetterie avant de le tronçonner.

 Crédit : Fotokon/ Shutterstock

Olaf et son frère Tromso étaient très appréciés des enfants. Puis, en 2018, Olaf, un ours polaire de 31 ans, est décédé dans son sommeil. Selon l’un des employés du zoo, “il ne sortait quasiment plus, ne se baignait plus, il est mort paisiblement".

Selon les informations recueillies par France Bleu Lorraine, le zoo d’Amnéville s’est tourné vers un site de traitement des déchets ménagers pour faire disparaître le corps. L’entreprise en charge du site a confirmé l’information.

À l’arrivée à la déchetterie, l’ours polaire était déjà dans un état de décomposition avancée à cause de la forte chaleur estivale. Le site aurait refusé de décharger la cargaison. Comme le rapporte la déchetterie “nous avons refusé un cadavre d'ours le 27 juillet 2018 et nous avons signalé l'incident aux autorités".

 Crédit : Szekeres Szabolcs / Shutterstock

L’animal aurait ainsi été renvoyé au zoo. Puis, “on a tronçonné Olaf ” a rapporté un employé du zoo. Une autre employée a expliqué qu’ils tentaient de “faire des économies partout, y compris sur l’équarrissage”. Aujourd’hui personne ne sait ce qu’est devenue la dépouille du mammifère.

De plus, personne ne peut affirmer que l’ours Olaf était un cas isolé. En effet, les salariés en charge du transport des déchets ménagers pour le zoo ont expliqué qu’ils ne vérifiaient pas systématiquement le contenu des bennes. L’un d’entre eux craint donc d'avoir transporté “d'autres animaux à Aboncourt et notamment un lion mort”.

Le parc animalier de Moselle doit faire face à plusieurs révélations embarrassantes. En effet, il y a quelques jours, France Bleu Lorraine dévoilait déjà “le fichage de salariés ou ex-salariés, sur les déversements de produits dans la forêt d'Hagondange ou les enfouissements d'animaux dans le zoo.” Affaire à suivre.

 Crédit : Vladimir Gjorgiev

Plus d'articles