Espagne : 29 ans après, un village englouti refait surface à cause de la baisse brutale du niveau des eaux

1 225partages
Bouton whatsapp

On prend la direction de l'Espagne et plus précisément de la frontière portugaise où un village, autrefois englouti lors de la construction d'un barrage, a refait surface récemment. 

Ce sont des ruines qui semblent jaillir d’outre-tombe, des véritables témoignages d’un passé révolu qui nous rappellent que nous ne sommes que de passage.

Englouti depuis 1992, un village fantôme a refait surface lundi dernier en Espagne, suite à une baisse brutale du niveau des eaux.

29 ans après avoir disparu sous les flots lors de la construction du barrage de l'Alto Lindoso, les vestiges d’Aceredo, commune située à proximité immédiate de la frontière portugaise, ont ainsi émergé, offrant un spectacle rarissime.

Des maisons, des fermes mais aussi de vieilles carcasses de voitures ou encore de vieilles affaires personnelles abandonnées à la hâte par les anciens habitants sont de nouveau visibles, pour le plus grand bonheur des curieux qui immortalisent cette scène pas banale.

Crédit photo : AFP

Le village fantôme d'Aceredo refait surface en Espagne, 29 ans après avoir été englouti

Il faut savoir qu’autrefois, Aceredo était un village, peuplé d’environ 100 âmes qui vivaient dans des dizaines de maisons en pierre, dont certaines arborent encore des murs intacts de nos jours.

Chacun menait une vie paisible dans cette localité sans histoire, mais cette quiétude fut menacée en 1968 lorsque les gouvernements espagnol et portugais décidèrent d’installer un barrage, dans cette région, menaçant l’existence de plusieurs communes dont Aceredo.

Une partie de la population locale s’opposa au projet en manifestant ou en faisant des grèves qui à l’époque donnèrent lieu à des affrontements avec les autorités locales.

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Mais en 1983, après des années d’un combat vain, les locaux ont assisté impuissants à la pose de la première pierre du projet et les derniers résistants furent définitivement expulsés neuf ans plus tard, année où furent achevés les travaux.

Au total, outre Aceredo, quatre communes (O Bao, Buscalque, A Reloeira et Lantemil) furent englouties lorsque la centrale hydroélectrique ferma les vannes en 1992.

De toutes les communes submergées, seule Aceredo émerge de temps à autre, bien que le phénomène reste assez are.

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Source : AFP
Bouton whatsapp