Banksy affrète un bateau pour secourir les migrants en mer Méditerranée

9 937partages

L’artiste secret de street-art Banksy a acheté le « Louise Michel », un ancien bateau des douanes françaises qui est plus rapide que les bateaux des ONG, afin de venir en aide aux migrants en mer Méditerranée.

L’artiste britannique Banksy est entré en contact avec la capitaine Pia Klemp, une militante allemande pour les droits de l’Homme. Tous deux ont souhaité venir en aide aux migrants.

Les deux militants ont acheté un ancien navire des douanes françaises

Ruben Neugebauer

En septembre 2019, Pia Klemp a reçu un e-mail de Banksy. L’artiste lui a proposé d’« acheter un nouveau bateau ou quelque chose » explique la militante au Guardian. L’argent pour financer cet achat est celui que Banksy a gagné en vendant ses œuvres.

Ils ont tous deux choisi un ancien navire des douanes françaises, le « Louise Michel ». Il porte le nom de la très grande militante anarchiste française du 19ème siècle. Banksy a évidemment ajouté sa touche en le décorant d’un graffiti rose et blanc avec sa célèbre petite fille en gilet de sauvetage lançant une bouée en forme de cœur. Il mesure 31 mètres de long et sa vitesse est de 27 nœuds, soit 50 km/h. Sa vitesse lui permet d’aller plus et vite et donc d’éviter les garde-côtes libyens.

Un départ très secret

Le bateau est parti le 18 août du port de Borriana, en Espagne. Il aurait été chargé dans le plus grand secret. En Méditerranée centrale, on ne connaît pas la position exacte, le bateau aurait récupéré 89 migrants dont 14 femmes et 2 enfants.

Reuters TV via Louise Michel

L’équipage du navire est composé d’environ dix personnes. Il y a par exemple des « militants européens avec une longue expérience des recherches et des secours en mer » d’après The Guardian. Pour diriger tout cela, c’est évidemment Pia Klemp qui est également connu pour avoir conduit d’autres bateaux de sauvetages.

D’après The Guardian, Banksy ne serait pas à bord et l’opération aurait été montée entre Londres, Borriana et Berlin.

Source : The Guardian
Plus d'articles