Ce street artiste français réalise une « chaîne humaine » à travers le monde avec des fresques géantes au sol

Saype, de son vrai nom Guillaume Legros, est un artiste français à l’origine d’un jeune mouvement artistique : la peinture sur l’herbe. Depuis 2015, Saype sillonne le monde avec sa peinture pour dessiner de géantes fresques éphémères. À l’occasion de son nouveau projet « Beyond Walls » (Au-delà des murs), Saype souhaite transmettre un message universel d’espoir et de solidarité.

Fresque à Berlin. Crédit : Saype.

Précurseur dans la peinture sur l’herbe, Saype expose au monde entier ses œuvres gigantesques. La première du genre ayant été peinte dans les Alpes françaises en 2015. Depuis, le street artiste s’est exporté presque partout : de l’Afrique du Sud à l’Italie, de Berlin au Bénin en passant par la Turquie, la Suisse, le Burkina Faso.

Armé de son pistolet de peinture, Saype utilise la nature en guise de toile géante : « Ce qui m’intéresse, c’est de peindre sur un support qui est vivant. On fait quelque chose et on le donne au monde. [...] C’est en prenant du recul, généralement, qu’on voit plus ou moins la réalité apparaître », raconte-t-il à nos confrères de LCI.

« Impacter les mentalités sans impacter la nature ». Pour admirer les œuvres de Saype réalisées avec une peinture « éco-responsable » faite maison, il faut prendre de la hauteur. Se dessinent alors de sublimes œuvres en noir et blanc qui prennent forme.

Originaire du Territoire de Belfort, c’est à Paris que Saype a lancé en 2019 un tout nouveau projet qui lui est cher, « Beyond Walls ».

« Beyond Walls » s’exporte au-delà des frontières

Fresque à Paris. Crédit : Saype.

En reprenant ses fresques à grande échelle, Saype compte exposer « Beyond Walls » (Au-delà des murs) au-delà des frontières hexagonales. Après Paris, cet ambitieux projet s’est déjà retrouvé sur les plages et pelouses de sept autres pays. Sur son site officiel, l’artiste français décrit ce projet :

« Le projet ‘Beyond Walls’ montre des mains entrelacées, qui se tendent, se serrent et s’unissent dans un effort commun par-delà tous ces murs qui séparent les humains et les enferment dans un espace mental ou géographique. »

Saype espère ainsi exporter ses œuvres par-delà la planète en transmettant ce message d’espoir et de solidarité afin de « créer symboliquement la plus grande chaîne humaine au monde en reliant des villes, des pays pour parler d'entraide entre les peuples, de bienveillance [...]. »

Crédit : Saype.

Fresque à Genève. Crédit : Saype.

Fresque à Turin. Crédit : Saype.

Fresque à Istanbul. Crédit : Saype.

Fresque à Ouagadougou. Crédit : Saype.

Fresque à Yamoussoukro. Crédit : Saype.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Saype (@saype_artiste)

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Saype (@saype_artiste)

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Saype (@saype_artiste)

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Saype (@saype_artiste)

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par CeCiLiA (@ce_ivna)

Source : LCI