Belfort : lors d'un test Covid, la patiente et le préleveur tombent amoureux

1 293partages

Une histoire d’amour en pleine pandémie. Le scénario semble improbable et il a pourtant eu lieu dans un centre de dépistage du Covid à Belfort, au mois de novembre dernier.

Crédit : Gorodenkoff/ Shutterstock.

C’est à Belfort, en Franche-Comté, que le coup de foudre s’est déroulé. En novembre 2020, Julie, 21, s’est rendue dans un centre de dépistage de Belfort où elle doit être testée car elle serait « cas contact ».

La jeune femme est un peu stressée et se retrouve enfin dans le petit box de test. La personne chargée de faire le prélèvement se présente. Mickaël, âgé de 21, est vêtu de sa blouse bleue « sac-poubelle », d’un masque, de lunettes et d’une charlotte sur la tête. En soi, la panoplie complète pour se protéger du virus.

Malgré tout cet attirail, les deux jeunes gens croisent leur regard et le coup de foudre à Belfort se crée.

Un test Covid qui a duré une heure

Au début pressée de réaliser ce test Covid, Julie restera finalement près d’une heure avec Mickaël dans ce box : « Je peux vous dire qu’on a parlé pendant une heure avant que Mickaël fasse enfin le prélèvement, raconte Julie au quotidien L’Est Républicain qui rapporte cette jolie histoire. Sa collègue, ne le voyant pas sortir du box, est même venue vérifier ce qui se passait », raconte Julie, amusée.

Après ce test enfin réalisé, les deux jeunes gens se retrouvent une semaine plus tard, débarrassés de leur masque. Le charme opère toujours. Julie et Mickaël découvrent finalement le visage de l’autre : « On n’avait jamais pu se voir sans masque, je n’avais même pas capté qu’il avait une barbe. En tout cas, depuis, on ne s’est plus quittés. Pas un seul jour, pas une seule nuit l’un sans l’autre », ajoute Julie.

Une rencontre d’où est née une idylle que Julie et Mickaël doivent à la pandémie de Covid « sans laquelle, on ne se serait probablement jamais rencontrés ». Un test nasal dont les deux amoureux se souviendront longtemps.

Mickaël et Julie. Crédit : ER/ DR.

Source : Le Progrès
Plus d'articles
À lire aussi