Une nouvelle charte prévoit de mettre fin à la séparation entre un nouveau-né hospitalisé et ses parents

1 993partages

Pour le bien-être et le bon développement de l’enfant, une charte a été rédigée pour mettre fin à la séparation entre un nouveau-né hospitalisé et ses parents. Elle a été transférée à 490 services de néonatalogie.

Crédit photo : Daniel Catrihual / Shutterstock

Chaque année, on estime que sur 740 000 naissances, 75 000 d’entre elles sont suivies par une hospitalisation, dont 60 000 bébés prématurés. Jusqu’à présent, quand un nouveau-né naissait et qu’il devait être hospitalisé, il était séparé de ses parents.

Selon une enquête réalisée par SOS Prema, 39% des nouvelles mamans ont rencontré leur bébé plus de 5 heures après l’accouchement. Un taux qui monte jusqu’à 54% pour les mamans qui ont accouché par césarienne.

Plus de séparation entre un bébé et ses parents

Pour éviter cette séparation entre un bébé et ses parents, le secrétaire d’État à l’enfance, l’association SOS Prema et la Société Française de Néonatalogie ont rédigé la « charte du nouveau-né hospitalisé ». Cette charte demande qu’au moins l’un des deux parents puisse rester avec son bébé hospitalisé 24h/24, et ce quelles que soient les circonstances.

« Nous ne voulons plus jamais que l’enfant soit séparé de ses parents à sa naissance. Cette séparation est absolument inacceptable et toutes les preuves scientifiques montrent combien la présence des parents est essentielle dans la construction du lien parents-enfant et le développement de l’enfant », a affirmé Charlotte Bouvard, fondatrice de SOS Prema.

Cette charte a été transférée à 490 services de néonatalogie en France. Elle prévoit la présence continue 24h/24 d’au moins l’un des deux parents, qui pourront également participer aux soins reçus par le bébé. Cette charte reconnaît également le rôle protecteur des parents dans la prise en charge de la douleur du nourrisson.

« Les nouveau-nés perçoivent beaucoup de choses de leur environnement, et ont besoin en particulier des stimulations qui proviennent de leurs parents pour bien se développer », a affirmé Pierre Kuhn, chef du service de néonatologie au CHRU de Strasbourg.

En 2022, un projet va être lancé afin de mettre en place des équipes mobiles, qui se chargeront d’assurer les soins d’un nouveau-né à domicile. Ce projet expérimental aura pour but de faire sortir les nourrissons de l’hôpital plus tôt, pour qu’ils puissent être hospitalisés chez eux, auprès de leurs parents.

Source : 20 minutes