En Italie, la progression du virus connaît un infléchissement dans les premières zones confinées

4 104partages

En Italie, les données de la protection civile ont fait état en ce début de semaine d’un infléchissement de la progression de la pandémie du coronavirus dans le pays. Ce constat est notamment observable dans les premières régions placées en confinement.

Cela peut être le début de l’espoir pour l’Italie, le pays d’Europe le plus touché par la pandémie du Covid-19. Après trois semaines fortement marquées par la propagation rapide du coronavirus et le placement du pays en confinement total, l’Italie a connu un léger infléchissement de personnes infectées du Covid-19. Ces données observées depuis le début de cette semaine ont été rendues publiques par les autorités chargées de la protection civile.

Crédit image: MIGUEL MEDINA / AFP

Peu avant la mise au point des autorités en charge de la santé, Attilio Fontana, le gouverneur (Ligue) de la région Lombardie, épicentre de la crise en Italie, a été le premier, parmi les responsables politiques italiens, à l’évoquer publiquement. Le lundi 16 mars, sur Sky TG 24, il s’est prononcé sur la situation. Certes, le Covid-19 continue à sévir dans sa région, mais, « sa croissance n’est plus exponentielle ».

Le rythme de sa progression ralentit, lentement mais sûrement, ce qui permet d’espérer enfin, à moyen terme, une amélioration de la situation, même si les perspectives immédiates restent très sombres, avait-il laissé entendre. Le bilan journalier délivré par la protection civile italienne publiée le mardi 17 mars a en effet donné plus de corps à ce constat optimiste noté peu avant en début de semaine.

Aussi dans la soirée du mardi 17 mars, le professeur Franco Locatelli, président du Conseil supérieur de santé, a déclaré : « Il y a une attention confiante sur ces données, qui doivent encore être consolidées dans les deux prochains jours. »

Bien que l’infléchissement des cas de personnes porteuses du virus ait lieu, les chiffres du mardi donnent froid dans le dos. En effet, le nombre de mort en 24 heures évalué à 345 décès de plus que la veille a fait dépasser la barre des 2 500 morts liés au coronavirus chez nos voisins transalpins. En total, l’Italie comptait 2 503 décès mardi dernier. Ce qui représente près d’un tiers du nombre de décès recensés dans le monde, selon un décompte de l’AFP à partir de bilans officiels.

Le bilan du mardi 17 mars des autorités italiennes a fait état de 31 506 cas confirmés de contamination au coronavirus, contre 27 980 la veille. Cette hausse de 12,6 % est la moins élevée depuis que l’épidémie a éclaté, le 21 février. Selon Le Monde, c’est en Lombardie (+10,4 %), en Émilie-Romagne (+10,9 %) et en Vénétie (+13,5 %) que la hausse du nombre de cas ralentit le plus. Il faut que rappeler que ces zones ont été les premières à être confinées après l’apparition du virus en Italie.

Crédit image: Shutterstock/pixinoo

En termes de pourcentage on note qu’entre samedi 14 mars et mardi 17 mars, la baisse est considérable. Ainsi, la hausse du mardi 17 mars est de 12,6%, alors que celle du lundi 16 mars était de 13%, contre 17% la veille (3590) et 19% samedi 14 mars (3497).

« Bientôt, on devrait assister à l’apparition d’une tendance tout aussi nette dans le reste du pays » , évoque avec prudence Le Monde qui y note « les effets positifs du choix du confinement de la population. »

Source : Le Monde
Plus d'articles