Les ours Glasha et Bony, secourus dans une foire, ne seront pas restitués à leurs propriétaires

3 044partages

La justice a rendu son verdict concernant les cas préoccupants des ours de foires Glasha et Bony. Le tribunal administratif d’Orléans a décidé que les deux ursidés ne seraient pas rendus à leurs propriétaires, les Poliakov.

Crédit : One Voice.

En 2019, des vidéos effarantes montrant des ours dans des conditions dégradantes sur les réseaux sociaux avaient ému l’opinion publique. Glasha, Bony et Micha avaient été sauvés par l’association One Voice.

Micha, dans un état critique, avait succombé dans le refuge La Tanière de Nogent-le-Phaye, près de Chartre. Quant à Bony (20 ans) et Glasha (17 ans), les deux femelles avaient pu être placées dans un établissement spécialisé afin de recevoir des soins.

Depuis, Bony a été transférée au refuge de l’Arche, en Mayenne, tandis que Glasha, renommée Franca, a été transportée dans le Parc Alternatif des Loups et Ours de Forêt-Noire, en Allemagne.

Les forains, la famille Poliakov, avaient demandé au tribunal de récupérer leurs ours. Mais la semaine dernière, le tribunal administratif d’Orléans a rejeté leur demande.

Les Poliakov peuvent garder leurs animaux restants selon la justice

Glasha. Crédit : One Voice.

Non seulement les ours Bony et Franca ne retourneront pas chez leurs anciens propriétaires, mais les Poliakov peuvent garder leur certificat de capacité de dresseurs.

Une demande de la part de l’association de protection des animaux One Voice réclamait le retrait de certificat des Poliakov mais aussi le retrait des animaux restants. D’après One Voice, la guenon magot Mina, des chevaux, des ânes ainsi que des perroquets souffriraient de leurs conditions de bêtes de foire. Cependant, le juge a estimé que les vétérinaires dépêchés sur place n’avaient vu aucun signe de maltraitance ou de maladie chez les animaux restants.

Néanmoins, la préfecture du Loir-et-Cher a suspendu l’autorisation de réouverture du cirque Poliakov jusqu’au mois de juin. En attendant, une deuxième affaire pour actes de cruauté et maltraitance des Poliakov doit se tenir à Blois le 12 mai prochain.

Source : Le Parisien
Plus d'articles
À lire aussi