Nouvelle-Zélande : les kiwis font leur grand retour dans les forêts du nord de l'archipel

1 207partages

Après cinq années de silence dans la région du Northland, le kiwi brun, animal emblématique du pays, est enfin de retour, a annoncé l’ONG Kiwi Coast.

Crédit : John Carnemolla/ Shutterstock

Animal emblématique et endémique de la Nouvelle-Zélande, le kiwi a eu la vie dure depuis l’introduction par les premiers colons des animaux terrestres sur le sol de l’archipel. Les rats, les chiens, les renards phalangers (aussi appelés Opossums d’Australie, des marsupiaux) sont les principaux prédateurs du kiwi, autrefois épargné.

Par manque de régulation parmi la population de ces prédateurs, ces derniers ont causé de graves dommages aux kiwis. Si bien que l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a classé les kiwis bruns (Apteryx mantelli) « vulnérables » dans sa liste rouge.

Après un rapport de 2016 inquiétant sur le recensement de la population de kiwis, il semblerait que ces petits oiseaux soient de retour dans le nord de la Nouvelle-Zélande.

Plus de 1000 kiwis recensés contre moins de 100 il y a cinq ans

Tous les cinq ans, l’ONG Kiwi Coast dirige des recensements sonores dans le Northland. En 2016, beaucoup de sites surveillés étaient trop silencieux. Mais avec l’aide et la participation de 180 groupes tribaux et communautaires engagés dans des campagnes de protection du kiwi, une nette hausse de leur population a été enregistrée.

Parmi les 200 000 ha couverts par les différents dispositifs, Kiwi Coast a noté que la moitié des sites silencieux en 2016 ne le sont désormais plus en 2021. Les cris des kiwis bruns, mâles ou femelles, résonnent de nouveau dans les forêts du nord de l’archipel. Dans la localité du Whangārei Heads, le nombre de kiwis bruns a augmenté de façon significative : plus de 1 000 ont été recensés contre moins de 100 il y a encore peu de temps.

« C’est incroyable, nous sommes ravis ! », s’est réjoui Ngaire Sullivan, un membre de l’ONG, au Guardian. « Il est à espérer qu’à terme, le nombre croissant de projets communautaires dans cette région contribuera à la restauration du kiwi dans cette zone ».

Source : Geo