Incendie de Rouen : le feu est éteint mais le panache de fumée de 22 km de long se dirige vers les Hauts-de-France

2 898partages

L'incendie, qui s'était déclaré jeudi dans une usine chimique de Rouen, est désormais éteint mais le nuage de fumée qui s'en est échappé inquiète.

Au lendemain du gigantesque incendie qui a ravagé l’usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime), les pompiers ont enfin réussi à éteindre le feu, après avoir lutté tant bien que mal contre les flammes, pendant près de 24h. La prudence est toutefois de mise.

« Le feu est éteint » mais « nous maintenons les effectifs sur les lieux afin de poursuivre le refroidissement de l’ensemble des fûts sur site », a ainsi expliqué Chris Chislard (Porte-parole des pompiers de Seine Maritime, sur France Bleu Seine-Maritime/Eure. L'intéressé a par ailleurs précisé qu’il restait encore « quelques points chauds » sur place.

Si le feu n’est plus d’actualité, le danger n’est cependant pas écarté en raison des potentielles émanations toxiques dans l’air.

Le sinistre a en effet provoqué la formation d’un panache épais de fumée noire de 22 km de long et six de large, qui se déplace au gré du vent, suscitant de vives inquiétudes au sein de la population.

« Depuis que Chirac est mort, on a zéro info. Il a éteint l’incendie »

Tout au long de la journée de jeudi, de nombreux riverains ont ainsi fait part de leurs craintes, photos ou vidéos à l’appui, en observant une pluie noirâtre et des dépôts de suie sur les voitures, les habitations mais aussi les routes.

Certains habitants ont également rapporté qu’une odeur âcre s’était emparée de l’agglomération.

Comme le font remarquer nos confrères du Monde, nombreux sont ceux qui réclament davantage de transparence de la part du gouvernement quant aux risques réels de pollution.

« Vous avez des nouvelles de ce qui nous arrive ? Parce que nous, depuis que Chirac est mort, on a zéro info. Il a éteint l’incendie », a ainsi fait remarquer un restaurateur du vieux Rouen, non sans une certaine ironie, en évoquant la large couverture médiatique du décès de l’ex-président qui a quelque peu occulté l’incendie.

Pas de toxicité aiguë mais de nouvelles analyses sont en cours

Ce nuage a pris la direction du nord du pays « et plus particulièrement les départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme », a indiqué la préfecture qui précise que « les vents et les pluies provoquent une dispersion de ces nuages qui pourront rester invisibles ».

Officiellement, il n’y a aucune raison de céder à la panique car il n’y a pas de « dangerosité particulière » selon les premières analyses. C’est du moins ce qu’a affirmé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner qui a tout de même concédé que le nuage « porte en soi un certain nombre de produits qui peuvent être dangereux pour la santé ».

Selon la préfecture, « les analyses réalisées montrent que les effets de ce nuage peuvent se révéler irritants et odorants mais sans toxicité aiguë ».

Il est toutefois recommandé de faire preuve de vigilance et surveiller notamment les « populations vulnérables », comme les enfants, les personnes âgées et les malades. Un « lavage de fruits et légumes produits localement » est également préconisé.

« Je comprends l'inquiétude mais il ne faut pas paniquer, il n'y a pas lieu de s'équiper de masques », a pour sa part commenté le préfet de Seine-Maritime, Pierre-André Durand.

Pour l’heure, les équipes de l’association Atmo – qui mesurent la qualité de l’air – sont « toutes mobilisées » et les résultats de nouvelles « analyses plus poussées », effectuées dans la soirée de jeudi, devraient être communiqués d’ici peu.

Source : Le Parisien
Plus d'articles
Dernières news