Touroparc Zoo : la naissance surprise d'un tigre blanc comble de joie le personnel

2 425partages

Plutôt ce mois-ci, le Touroparc Zoo (Saône-et-Loire) a accueilli un nouveau pensionnaire, un bébé tigre blanc. L’établissement ignorait que la femelle était enceinte.

Le 8 août dernier, le personnel du Touroparc Zoo a eu la surprise de sa vie en découvrant un tigreau blanc dans l’enclos de Tina, la femelle tigre blanc du parc animalier situé à Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire).

Crédit Photo : Touroparc Zoo

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le personnel ignorait tout de cet heureux évènement : « Protectrice envers son petit, Tina a caché cette future mise bas. L’absence de contraction et de prise de poids n’annonçait pas cette venue », explique le zoo sur sa page Facebook.

Cette naissance surprise est un véritable miracle car le partenaire de la tigresse de 15 ans, Randir, s’est éteint le 7 juin dernier des suites d’une infection pulmonaire :

« La femelle a eu à cœur d’offrir ce dernier cadeau à son défunt compagnon l’année des 60 ans du parc. Ce souvenir, ce tigreau, cette partie de lui-même que Randir a laissée, est une preuve de son attachement à Tina avec qui il a partagé des années d’amour sincère », confie le parc animalier.

Crédit Photo : Touroparc Zoo

Le bébé tigre blanc est en bonne santé

Pour le moment, aucune information n’a été communiquée à propos du sexe et du poids du nourrisson. De leur côté, les visiteurs devront patienter jusqu’à l’automne avant de découvrir la frimousse du nouveau-né.

Ce dernier effectuera sa première sortie à l’extérieur vers ses deux mois. En attendant, le petit prend des forces auprès de sa mère. Les félins sont étroitement surveillés par les soigneurs du zoo :

« Les 8-10 premiers jours sont une période sensible, vitale mais fragile. Néanmoins, le nouveau-né nous paraît solide et la mère, aux gestes et au comportement bienveillants, est elle aussi en bonne santé », précise le directeur général, Thomas Gervais, sur le réseau social.

Crédit Photo : JSL/Fanny DUTEL

Source : Le Progrès