Normandie : un vieux bâtiment transformé en chatterie pour soigner les chats abandonnés

795partages

Alors que les vacances estivales approchent à grands pas, les associations de défense des animaux mettent en garde contre l’abandon des petites bêtes. À Quinéville, dans le département de la Manche, une association recueille les chats et autres animaux abandonnés.

Lucie Durand. Crédit : La Presse de la Manche

Les Petites patounes normandes est une association qui recueille les animaux abandonnés ou errants. Créée en 2016 par Lucie Durand, l’association souhaite ouvrir un lieu pour les chats en septembre 2021. « Nous espérons qu’on pourra mettre en service la chatterie au mois de septembre », raconte Lucie au quotidien La Presse de la Manche.

Lucie et les bénévoles des Petites patounes normandes souhaiteraient mettre en place une chatterie pour soigner les petits félins abandonnés. « Il ne faut pas se tromper, la chatterie ne servira pas à garder les chats, rappelle-t-elle. Cela sera un lieu de transition jusqu’à ce que les chats soient mis en famille d’accueil ». Ainsi, la chatterie mise en place ne sera qu’un point de relais avant de trouver la famille idéale pour les chats.

Impossible pour l’association de garder toutes ces petites bêtes car « il faut savoir qu’en une semaine, on peut trouver cinquante chats. On ne veut pas les laisser de côté, ils seront mis en quarantaine », poursuit Lucie.

Une chatterie prévue pour septembre 2021

Crédit : ChocoPie/ Shutterstock

Afin de mettre au point la chatterie pour la rentrée prochaine, les bénévoles des Petites patounes normandes sont à la recherche de matériaux de récupération pour rénover un vieux bâtiment.

Une fois le bâtiment rénové et la chatterie construite, l’association a pour but d’éviter la fourrière et l’euthanasie aux animaux. En venant en aide aux animaux maltraités, l’association permet aussi de stériliser les chats afin d’éviter la surpopulation de l’espèce. « J’ai remédié au manque, nous travaillons avec cinq fourrières et depuis cinq ans, il n’y a pas eu d’euthanasie », se félicite Lucie.

En cinq ans d'existence, Les Petites patounes normandes ont recueilli près de 520 animaux : des chats, des chiens et même un coq, un mouton ou un furet. « Nous avons également besoin de familles d’accueil car nous ne disposons pas de refuge. Les familles d’accueil s’occupent de l’animal jusqu’à ce que des personnes fassent la demande pour l’adopter ».

Un vide-grenier se tiendra le 1er Août et les fonds récoltés serviront à la construction de la chatterie.