Pour avoir porté un pull qui dévoilait ses épaules, une collégienne fait l'objet d'une procédure disciplinaire par son établissement

4 469partages

Improbable ! Une collégienne de 14 ans, scolarisée dans l'Isère, fait l’objet d’une procédure disciplinaire depuis qu’elle s’est présentée en cours avec les épaules découvertes.

Lola en débardeur. Crédit : RMC

Dans la catégorie des informations les plus invraisemblables trouvées sur le net, celle de Lola, une jeune collégienne. Scolarisée dans un collège d’Heyrieux en Isère, Lola reçoit un rappel à l’ordre à cause de l’une de ses tenues jugées « inadaptée » par l’établissement public qui considère qu’elle ne convient pas « à une situation de travail ». Loin s’en faut, il s’agissait d’un pull à manches longues qui dévoilait une partie de ses épaules.

A la suite de cet « incident », la maman de Lola, Marion, reçoit un appel de l’établissement qui lui annonce par ailleurs que sa fille fera l’objet d’une procédure disciplinaire. « On me dit, ‘on a donné une veste à Lola parce qu’elle ne peut pas rester la matinée comme ça, c’est indécent, elle provoque les garçons’ », raconte Marion sur la chaîne RMC.

Début septembre, Lola avait déjà eu ce genre de remarque sur ses tenues vestimentaires de de la part de son collège. Elle portait… un débardeur. Des remarques que sa maman juge stigmatisantes pour les filles : « on stigmatise les filles. On envoie un message en disant ‘vous les filles, si vous êtes victimes de harcèlement, ça sera de votre faute, regardez la façon dont vous êtes habillées.’ C’est ahurissant », s’insurge-t-elle.

Une situation que sa maman a du mal à comprendre, elle qui raconte que Lola continuera de s’habiller comme elle le souhaitera. « Elle va en payer les frais sur son dossier scolaire. Donc on veut que ça soit marqué ‘attention, ça c’est une élève qui pose des problèmes’ ? Tout ça parce qu’elle vient en débardeur et qu’elle montre une épaule », raconte-elle. Le rectorat lui a répondu en lui disant qu’il ne souhaitait pas stigmatiser la jeune fille.

Une punition injuste pour des tenues jugées « inadaptées » par l’établissement. Une situation pour le moins alarmante quand on sait que les trois quart des femmes dans le monde n’ont pas les mêmes droits que les hommes (d’après une étude réalisée par la Banque Mondiale en février 2019) et que leurs droits sont bafoués dans de nombreux pays.

A l’heure où le gouvernement et de nombreuses marques mettent un point d’honneur à gommer les stéréotypes et inégalités entre les hommes et les femmes, on a aujourd’hui une nette impression que tout cela est vain.

Une réunion avec Lola et ses parents devrait se tenir demain.

Source : BFMTV
Plus d'articles
Dernières news