Meghan Markle révèle avoir subi une fausse couche

Dans une lettre ouverte écrite au New York Times, Meghan Markle révèle une terrible nouvelle. La Duchesse de Sussex révèle avoir fait une fausse couche pendant l’été.

Meghan et Harry, en 2018. Crédit : ComposedPix/ Shutterstock.

Dans sa lettre au grand quotidien américain, Meghan Markle indique que ce drame les a plongés elle et le Prince Harry dans un « deuil insupportable ». Faire bonne figure, c’est ce que le couple princier a tenté de faire lors de sa tournée en Afrique du Sud.

Nul ne savait que quelques jours plus tard, le couple venait de traverser une terrible épreuve. L’ancienne actrice écrit sur cette douloureuse expérience dans les colonnes du journal :

« Je suis tombée au sol avec [Archie] dans mes bras, en fredonnant une berceuse pour nous garder calmes tous les deux, la mélodie joyeuse contrastait fortement avec mon sentiment que quelque chose n’allait pas ».

La Duchesse indique avoir souffert de crampes au moment où elle changeait son fils. « Quelques heures plus tard, j’étais allongée sur un lit d’hôpital en tenant la main de mon mari », poursuit-elle.

Meghan Markle : « Peu de gens me demandent si je vais bien »

Lors de leur voyage en Afrique du Sud, le couple a tenté tant bien que mal de garder « un visage courageux » devant la foule et les journalistes. D’après Meghan Markle, le moment le plus difficile de ce voyage fut la question d’un journaliste, Tom Bradby qui lui demandait si elle allait bien.

L’ancienne star de Suits aurait été touchée de cette simple question à laquelle elle a répondu : « Merci de demander. Peu de gens me demandent si je vais bien ». La Duchesse indique que cette simple question n’est pas à sous-estimer « la seule façon de guérir était de se demander ‘est-ce que ça va ?’ ».

Meghan Markle indique avoir voulu faire part de ce drame afin d’apporter plus de lumière sur le sujet et de parler pour « les nouvelles mamans et les plus âgées, et toutes celles qui ont, à leur manière, souffert en silence ».

Plus d'articles
À lire aussi