Avec 4,5 millions d'entrées, «Un p'tit truc en plus» fait un carton partout en France... sauf à Paris !

Bouton whatsapp

Après un mois d’exploitation, le film “Un p’tit truc en plus” réalisé par Artus est devenu le plus gros succès de l’année dans les cinémas français. Un succès surtout provincial puisque le film semble avoir été boudé par les salles parisiennes selon Radio France.

C’est un paradoxe jamais vu dans l’histoire du cinéma français ! Sorti le 1er mai 2024, “Un p’tit truc en plus” ravage tout sur son passage. Inattendu, son succès l’a porté jusqu'aux marches du festival de Cannes, pour lequel l’équipe du film n’avait même pas trouvé de marque de couture pour les habiller.

Pourtant, la comédie d’Artus avait bien sa place parmi le gratin du cinéma. Le réalisateur, qui défendait son premier film, avait suscité l’engouement en expliquant qu’aucune marque n’avait daigné créer des costumes pour les acteurs qui sont en situation de handicap et qui sont l’essence même du film.

Crédit photo : Cine Nomine

“Rire du handicap, sans jamais s’en moquer”, c’est le défi du réalisateur en proposant ce long-métrage au public français. Un public qui s’est tout de suite ému de cette histoire et qui s’est précipité dans les salles obscures. Avec 4,5 millions d’entrées, “Un p’tit truc en plus” est tout simplement le film le plus vu en France cette année, détrônant le mastodonte américain Dune 2.

2% des 4,5 millions d’entrées viennent de Paris

Paradoxalement, malgré son succès national, il semblerait que des irréductibles cinéphiles parisiens, au même titre que les marques de couture, ne se soient pas autant emballés par le succès du film. Selon une info du podcast Zoom Zoom Zen sur Radio France, seulement 2% des 4,5 millions d’entrées du film d’Artus proviennent de la capitale.

En comparaison, “Intouchables” avait généré 17% de ses entrées à Paris et “Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu” y a généré 20% de ses entrées. C’est dire le fossé entre l’intérêt des Parisiens et celui des provinciaux pour le film d’Artus. Annoncé à 10 millions d’entrées d’ici la fin de son exploitation, le taux parisien pourrait être estimé à 10%, ce qui reste encore assez faible, mais toujours plus que seulement 2%.

Source : Zoom Zoom Zen

Au sujet de l'auteur : Jérémy Birien

Journaliste, rédacteur en chef