Pour réduire la pollution plastique, des scientifiques ont découvert des vers mangeurs de polystyrène

Bouton whatsapp

Les scientifiques auraient-ils enfin trouvé un remède contre la pollution plastique ? Ces derniers auraient découvert des vers mangeurs de plastiques capables de digérer du polystyrène.

Crédit : via Extreme Tech

Des chercheurs de l’Université du Queensland, en Australie, indiquent avoir découvert une larve de coléoptère (qui ressemble à un ver sous une forme larvaire, précise le site Extreme Tech) qui pourrait être la clé pour éliminer le plastique de notre environnement.

Car il faut dire que le polystyrène et la mousse de polystyrène se trouvent partout. Dans les cartons d’emballage où elle épouse la forme du carton pour absorber les chocs… Quant à sa version solidifiée, elle est utilisée pour fabriquer des ustensiles jetables ou encore des objets transparents.

La mousse de polystyrène est ainsi l’un des types de plastique les plus courants. Un gros bémol quand on sait que, en France, le polystyrène ne fait pas partie des déchets collectés pour être recyclés. En effet, il n’a ni sa place dans la poubelle jaune ni dans la poubelle noire. Pourtant, le polystyrène est 100% recyclable.

Pour débarrasser notre planète du plastique, notamment du polystyrène, les scientifiques ont peut-être trouvé la solution : des vers.

Des vers capables de digérer le plastique

Crédit : Photo_HamsterMan/ iStock

Comme l’explique le site Extreme Tech, « les scientifiques ont longtemps cherché des microbes ou des enzymes d'insectes qui pourraient aider à décomposer les plastiques durables comme le polystyrène ». Après des années et des années de recherche, les scientifiques pourraient enfin avoir trouvé réponse à leur(s) question(s) grâce à une larve de coléoptère connu sous le nom de Zophobas morio, un ver à bois à bois géant que l’on surnomme aussi « ver de farine géant ». Ces larves sont utilisées comme nourriture pour les animaux insectivores de terrarium.

Ainsi, ces larves sont capables de digérer le polystyrène grâce à un « mélange unique d'enzymes bactériennes capables de digérer le polystyrène », contenu dans leur système digestif.

Les scientifiques ont découvert que les larves de Ténébrion meunier (une espèce qui apprécie les farines de céréales et qui ressemble au Zophobas morio) « peuvent subsister entièrement avec un régime de polystyrène » tout en se développant.

Ténébrion meunier. Crédit : Didier Descouens/ Wikipedia

Après avoir déchiqueté le plastique dans leur bouche, les vers décomposent les polymères en petits morceaux. L’équipe de Chris Rinke, auteur de l’étude, est parvenue à isoler les gènes microbiens responsables de la digestion du polystyrène. Ce processus est connu sous le nom de métagénomique.

À l’avenir, les scientifiques souhaiteraient produire ces enzymes à grande échelle pour être utilisées dans des usines de recyclage.

Source : Extreme Tech
Bouton whatsapp
Recevez le meilleur de l'actu de Demotivateur par mail !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter