Elle a refusé de vendre sa maison pour 1 million de dollars, les promoteurs ont construit autour de sa maison

8 535partages
Bouton whatsapp

L’histoire de cette octogénaire ressemble trait pour trait au destin d’un personnage de Disney dans le film Là-Haut. En 2006, la propriétaire d’une modeste maison vieille de 108 ans refusait l’offre d’un million de dollars de promoteurs immobiliers pour construire un centre commercial sur le terrain où elle était située.

Crédit : Fox

Edith Macefield, 84 ans à l’époque, tenait tête à des promoteurs immobiliers qui souhaitaient bâtir un gigantesque centre commercial dans la région de Seattle, dans l’État de Washington. Bien que cette petite maison de ferme du XIXème ne valait pas grand-chose, Edith Macefield avait acheté la propriété en 1952 pour 3750 dollars (soit 3407 euros). Selon le Seattle Times, elle y vivait avec sa mère Alice lorsqu’elle était gérante d’un magasin.

Cette maison est donc une histoire de famille. Tandis que l’urbanisation alentour se modernisait, la maison de Edith Macefield restait inchangée, solidement attachée à son terrain.

Oui, mais voilà. En 2006, un projet de centre commercial s’apprêtait à voir le jour dans la zone. Les promoteurs immobiliers achetaient graduellement les maisons de la région. Une première offre de 750 000 dollars (681 510 euros) fut proposée à Edith qui refusa. Avant que l’offre ne passe à 1 million (soit 908 680 euros).

Crédit : Fox

Crédit : Fox

Une maison comme un symbole

Crédit : Fox

Edith Macefield était catégorique sur le fait qu’elle ne voulait en aucun cas quitter sa maison et ce, malgré l’argent proposé. Devant ce refus, les constructeurs n’ont eu d’autre choix que de construire le centre commercial autour de la maison d’Edith.

Malgré tout, les relations entre Edith et Barry Martin, le chef de chantier étaient amicales. Ce dernier prêtant souvent main-forte à Edith pour la dépanner dans ses déplacements quotidiens ou ses courses. Les deux compères étaient si proches que Edith lui a légué sa maison à sa mort en 2008. Mais Barry Martin a dû vendre la maison après s’être retrouvé sans emploi lors d’une période économique compliquée.

Barry Martin. Crédit : Fox

Au micro de l'émission Strange Inheritance, sur la Fox, Barry Martin expliquait : « Elle m’a dit de tenir jusqu’à ce que j’aie mon prix. Je l’ai vendue pour 310 000 dollars [281 690 euros, ndlr] ». Barry Martin en profitait pour mettre les choses au clair : Edith n’avait jamais été opposée au projet de construction du centre commercial. « Beaucoup de gens pensaient qu’elle était contre le développement, mais ce n’était pas du tout le cas, poursuit Barry Martin. C’était plus un cas où elle ne voulait pas passer par l’exercice de devoir déménager ».

Une maison utilisée par Disney

Crédit : Google image

Contrairement aux spéculations, l’histoire de Edith Macefield n’aurait pas inspiré les créateurs de Là-Haut. Le film était en développement depuis 2004 avant sa sortie en 2009. Cependant, le cas de Edith ressemblant particulièrement à celui de Carl Fredricksen dans le film a poussé Disney à utiliser la maison de l’octogénaire pour la promotion de Là-Haut.

Pour l’avant-première prévue à Seattle, Disney avait équipé la maison d’Edith de ballons, en référence au film. « [...] Ils ont mis des ballons sur la maison et ont pris une photo, et c’est ainsi que c’est devenu la maison de Là-Haut », raconte Barry Martin.

Aujourd’hui encore, les passants peuvent apercevoir la maison d’Edith, inchangée, et entourée des murs du centre commercial.

Crédit : Fox

Crédit : Fox

Edith Macefield. Crédit : Fox

Source : LADBible
Bouton whatsapp