L'apprentissage de l'écriture se dégrade, les scientifique alertent sur les pratiques numériques

Bouton whatsapp

L’écriture manuscrite possède de nombreux bienfaits sur notre cerveau et nos capacités cognitives. Seulement, depuis quelques années, les spécialistes constatent une dégradation importante dans l’apprentissage de l’écriture.

Crédit : fizkes/ iStock

Entre écrire à la main et écrire sur un clavier, il y a une grande différence, rappellent les graphologues. De lourdes conséquences s’observent sur le comportement, notamment chez les adolescents en proie au quotidien aux appareils numériques.

Des observations inquiétantes qu’a remarqué Maylis Charbonnier, graphothérapeuthe, dans son cabinet de Marseille. « En une décennie, le niveau d’apprentissage de l’écriture chez les enfants s’est considérablement dégradé. Avec le tout numérique, le geste d’écriture se perd » , regrette-elle, constatant par ailleurs des difficultés d’attention, de concentration, de mémorisation et de l’hyperactivité chez les plus jeunes.

Cependant, les adultes ne sont pas en reste non plus. La graphothérapeuthe a notamment observé une augmentation des cas chez les adultes en reconversion professionnelle.

Une activité cérébrale plus importante pour l’écriture manuelle

Crédit : Halpoint/ iStock

Ces dégradations causées par les pratiques du numériques s’expliquent par la perte des fonctions cérébrales mobilisées d’ordinaire par la pratique manuscrite. « Contrairement au langage oral, l’écriture n’est pas innée chez l’homme. Nous avons découvert que pour tenir un stylo, le cerveau mobilise des zones destinées à de toutes autres fonctions, telles que le cortex occipital impliqué dans la reconnaissance des visages, le cortex temporal qui analyse les sons et les aires liées à la motricité. Quand on écrit, on pense à la lettre et on l’entend avant de la tracer », explique Jean-Luc Velay, chercheur en neuroscience à Marseille.

Des expériences auprès d’élèves de maternelle âgés de 3 à 5 ans ont confirmé les dires des scientifiques. Tout comme chez les adultes. Les chercheurs ont constaté que les personnes rompues à un exercice manuel ont plus facilement retenu une série de lettres qu'on leur avait demandé de reproduire que les personnes habituées à l’exercice au clavier.

Enfin, des travaux de l’Université norvégienne des sciences ont conclu que la pratique de l’écriture manuelle déclenche une activité cérébrale plus importante chez les personnes. « Ces résultats suggèrent que les mouvements délicats et finement contrôlés de l’écriture manuscrite contribuent aux schémas d’activation cérébrale liés aux apprentissages. Nous n’avons trouvé aucune preuve de tels schémas d’activation lors de l’utilisation d’un clavier », précise la scientifique Audrey van der Meer.

Source : CCFI
Bouton whatsapp