Ce test réalisable en 10 secondes permettrait de déterminer votre espérance de vie, selon une étude

Bouton whatsapp

La perte d’équilibre et l’espérance de vie seraient-elles étroitement liées ? C’est ce que suggère un docteur brésilien dans une récente étude. Selon ses constatations, la perte d’équilibre serait le signe d’une personne en mauvais état de santé. Explications.

Crédit : Peggy_Marco/ Pixabay

À voir aussi

Cette étude médicale a été réalisée durant 12 ans auprès de 1700 personnes âgées entre 51 et 75 ans. L’étude a été menée par le docteur Claudio Gill Araujo dans la clinique brésilienne Clinimex avant d’être relayés par le média GQ. Le docteur Araujo s’est intéressé au lien qui existerait entre l'espérance de vie et l’équilibre.

D’après le docteur et ses constatations, un mauvais équilibre pourrait êtr le signe d’une mauvaise santé, ce qui aurait dès lors un impact sur la longévité d’une personne : « il existe de nombreuses preuves que la perte d’équilibre est préjudiciable à la santé […]. L’équilibre diminue rapidement après la moitié de la cinquantaine, ce qui augmente le risque de chutes et d’autres conséquences néfastes pour la santé », explique le docteur brésilien.

Pour prouver ses dires, le docteur Araujo raconte avoir mis en place un test pour ses patients. « Notre objectif était d’évaluer si la capacité à effectuer une position unijambiste de 10 secondes est associée à la mortalité toutes causes confondues ».

Une étude réalisée sur 1700 patients

Crédit : lograstudio/ Pixabay

Pour les 1700 patients dont il s’est occupé pendant 12 ans, le docteur Araujo leur a demandé de tenir en équilibre sur une jambe durant 10 secondes. Les résultats dévoilés par le médecin sont assez évocateurs : sur les patients qui se sont prêtés au test, 123 d’entre eux n’ayant pas réussi à tenir en équilibre sont décédés dans les 10 ans qui ont suivis.

L’étude du scientifique montre que les patients incapables de tenir en équilibre sur une jambe durant 10 secondes avaient plus de 84% de risques de décéder de n’importe quelle cause l’année suivante. Des chiffres précis qui s’appliquent à une certaine tranche d’âge.

En regardant de plus près ces résultats, le docteur Araujo et son équipe se sont aperçus que les septuagénaires présentaient le plus de risques de décès que les autres tranches d’âge. 54 % des 71 à 75 ans échouaient à réaliser le test d’équilibre sans faute. Tandis que pour une tranche plus jeune, comme les quinquagénaires, seulement 5 % des 51 à 55 ans ne parvenaient pas à réaliser le test.

Des résultats qui posent questions

En y regardant de plus près, le docteur Araujo a remarqué que les patients n’ayant pas réussi le test d’équilibre avaient un état de santé moins bon que les autres patients. Par ailleurs, ces patients souffraient de maladies comme le diabète de type 2, d’hypertension artérielle, d’obésité ou de maladies cardiaques. Ce que tendait à confirmer les tests d’équilibre selon le docteur qui se justifie : « ce test fournit une rétroaction rapide et objective au patient et aux professionnels de la santé concernant l’équilibre statique. Cela ajoute des informations utiles concernant le risque de mortalité chez les hommes et les femmes d’âge moyen et plus âgés ».

Il faut aussi prendre en compte le fait que ce test n’a été réalisé qu’à une petite échelle. Le docteur prévient également que les résultats de l’étude sont à prendre avec précaution : « comme les participants étaient tous des Brésiliens blancs, les résultats pourraient ne pas être plus largement applicables à d’autres ethnies et nations. Et les informations sur les facteurs potentiellement influents, y compris les antécédents récents de chutes, les niveaux d’activité physique, l’alimentation, le tabagisme et l’utilisation de médicaments susceptibles d’interférer avec l’équilibre, n’étaient pas disponibles ».

Le mieux est d’être suivi par un médecin en cas de maladies évoqués plus haut.

Bouton whatsapp