La vitesse bientôt limitée à 30 km/h dans toutes les villes de France ?

Bouton whatsapp

L’association Prévention routière a lancé une pétition afin de réclamer l’abaissement de la vitesse maximum autorisée dans les agglomérations à 30 km/h.

Déjà installée dans la plupart des grandes agglomérations, de façon partielle ou totale, la limitation de vitesse à 30 km/h pourrait bien devenir une réalité dans toutes les villes. En effet, l’association Prévention Routière vient de lancer une pétition dans ce sens.

En l’occurrence, l’association réclame la modification du Code de la route et de l’article R413-3 pour que toutes les villes soient soumises aux 30 km/h : “Il y a des mobilités de plus en plus diverses, cela nécessite que tout le monde ralentisse pour que les risques deviennent moindres”.

Que ce soit à Paris, Toulouse, Grenoble, Strasbourg ou encore Lille, les grandes agglomérations ont déjà imposé cette limite maximale autorisée dans certains endroits. D’autres villes l’ont déjà généralisé sur leur territoire. En réalité, ce sont les petites communes qui sont surtout ciblées par la pétition : “À 50 km/h, votre angle de vision est de 90 degrés alors qu’il est de 120 degrés à 30 km/h”.

Crédit photo : iStock

Au-delà de la volonté de réduire le nombre d’accidents, l’association met également en avant l’impact environnemental que pourrait avoir la mise en place obligatoire de cette limitation de vitesse : “En ville, le danger peut arriver de partout. Abaisser la vitesse n’a qu’un très faible impact sur le temps de trajet mais a un bénéfice évident pour l’apaisement global de la ville, la limitation du bruit, de la pollution et de l’accidentologie. Lors d’un choc avec une voiture, les chances de survie d’un piéton sont de 10% à 50 km/h, à 30, elles sont à 80%”, souligne Anne Lavaud, déléguée générale de Prévention routière.

Une pétition lancée pour sensibiliser les pouvoirs publics

Le but politique de la pétition est de s’intégrer dans les discussions des campagnes électorales pour les prochaines élections municipales de 2026. C’est en effet à ce moment-là que les maires sont autorisés à moduler et unifier la vitesse maximale autorisée sur l’ensemble des routes de leurs communes.

Pour étayer leur argumentation, Anne Lavaud cite le rapport du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) publié en 2023. Selon ce rapport, six secondes supplémentaires sont nécessaires pour parcourir un kilomètre dans une ville à 30 km/h plutôt qu’à 50 km/h.

Crédit photo : iStock

Une donnée qui permet de se rendre compte que le passage à 30 km/h ne rend pas les trajets beaucoup plus longs, comparé à la réduction des dangers que cette limitation de vitesse génère : “Nous appelons tous les Français à une vaste mobilisation pour rendre leur ville plus sûre, plus belle.”.

Pour l’association, le succès de leur pétition, disponible en ligne, pourra légitimer leur cause auprès des pouvoirs publics et des élus locaux afin de “sauver de nombreuses vies sur les routes”.

Au sujet de l'auteur : Jérémy Birien

Journaliste, rédacteur en chef