Dans ce refuge, des renards sauvés de l'euthanasie profitent des joies d'une nouvelle vie

630partages

L’Arche de Cerise accueille depuis quatre ans six renards au sein de son refuge. Ces derniers vivent désormais en paix après avoir échappé à une issue fatale.

Crédit : Mélinda/ L'Arche de Cerise

Dans le Haut-Rhin, Mélinda s’occupe depuis 2017 d’un refuge pour renards. Une idée insolite qui lui est venue un an plus tôt : « Je travaillais comme bénévole dans un centre de soin, je m’occupais des cervidés et des oiseaux. Il y avait aussi deux renards. Suite à une visite de l’Office français de la biodiversité, on m’a dit que je ne pouvais pas relâcher les renards dans la nature et qu’il fallait les tuer », rapporte Mélinda pour nos confrères de France info.

Crédit : L'Arche de Cerise

Une constatation difficile pour cette amoureuse des animaux, bénévole depuis 12 ans. Elle décide donc il y a quatre ans d’ouvrir un refuge après l’obtention d’un certificat d’élevage de renard. « [...] Ce n’était pas facile de remplir les critères », admet Mélinda qui voit enfin son rêve se concrétiser.

L’Arche de Cerise soutenu par de généreux donateurs

Crédit : L'Arche de Cerise

Quand Mélinda ne travaille pas dans son salon de toilettage, elle s’occupe de Lulu, Rouquette, Chipie, Ragnar, Cerise et Rosalie, six renards provenant de centres de soins. « Il y en a un qui est malvoyant, un autre qui a le crâne fracturé donc il a besoin qu’on le nourrisse à la cuillère », raconte Mélinda. Dès lors, un retour à la vie sauvage n’est pas envisageable pour ces petits canidés.

« Je reçois des messages de personnes qui me disent que c’est super ce que je fais. Il y a aussi beaucoup de gens qui nous aident. Aujourd’hui, je gère le refuge uniquement grâce aux dons », ajoute la bénévole.

Crédit : L'Arche de Cerise

Une initiative largement soutenue aujourd’hui mais qui présentait néanmoins quelques désagréments à ses débuts, puisque la jeune femme recevait des menaces de mort. Des intimidations rapidement stoppées après une vague de soutien. Même le président de la fédération des chasseurs du Haut-Rhin, Gilles Kaszuk, a pris position pour l'œuvre de Mélinda.

Face à la réussite de son refuge, Mélinda souhaiterait accueillir plus d’animaux, notamment les cervidés mais la demande se fait attendre depuis « plusieurs années ». Un défi de plus pour la créatrice de l’Arche de Cerise.

Crédit : L'Arche de Cerise

Crédit : L'Arche de Cerise

Source : France info