Une tempête solaire puissante pourrait couper le réseau internet mondial plusieurs semaines

Les chercheurs n’excluent pas le pire… pour votre connexion internet. Selon eux, si une tempête solaire majeure venait à éclater, c’est tout le réseau internet mondial qui en pâtirait.

Crédit : WikimediaImages/ Pixabay

À voir aussi

Ce scénario catastrophe 2.0 a été émis par des chercheurs de l'Université de Californie, à Irvine. Les éruptions solaires à la surface de notre astre sont fréquentes, mais si une puissante tempête venait à éclater, les conséquences pourraient être désastreuses, préviennent-ils.

Une éruption solaire majeure entraînerait une éjection de matière coronale (une bulle de plasma) qui modifierait les caractéristiques du vent solaire. Le champ magnétique des éjections de masse, très puissant, pourrait atteindre la Terre et provoquer un immense blackout dans le monde.

Un monde plongé dans le blackout

Les scientifiques estiment qu’une panne géante d’internet pourrait avoir lieu et durer quelques semaines, au mieux,  voire plusieurs mois, au pire. Les câbles des réseaux électriques seraient impactés dès lors que les courants géomagnétiques provenant du Soleil toucheraient un répéteur. Ainsi, si plusieurs répéteurs (principalement situés au fond des océans) venaient à être touchés, c’est une panne mondiale qui risquerait fortement de couper les liens inter-continentaux.

Shutterstock

Alors, bye bye internet et autres technologies et retour au Moyen-Âge pour les plus pessimistes d’entre nous. C’est aussi toutes les activités professionnelles qui seraient impactées. Les chercheurs ont estimé à plus de 7 milliards de dollars (5,9 milliards d’euros) le coût d’une journée de blackout ! Il faudrait alors plusieurs semaines pour réparer les câbles. Ceux de la fibre optique seraient en revanche épargnés selon les chercheurs.

Mais pas de panique, puisque ces mêmes chercheurs estiment entre 1,6 et 12% par décennie que ce risque de tempête se produise. De quoi vous laisser amplement le temps de terminer vos multitudes de séries.

Source : Futura Sciences