Pour loger des sans-abri, de petites maisons en bois seront mises à disposition à Namur

3 189partages

Afin de permettre aux personnes sans domicile fixe ou vivant dans des logements insalubres d’avoir un toit sur leur tête, un particulier a eu l’idée de ces petites maisons en bois à Namur, en Belgique.

Des maisons en bois mises à disposition des sans-abri. Crédit : ppa/ Shutterstock.

Dominique Bigneron est à l’origine de ce projet ambitieux. Selon les évaluations des associations belges, le nombre de sans-abri aurait quadruplé en dix ans. C’est dans ce contexte, conjugué aux difficultés qu’entraîne la crise sanitaire, que Dominique Bigneron a souhaité agir.

Aidé par un généreux donateur, Dominique et son collaborateur souhaiteraient mettre une trentaine de petites maisons en bois à disposition des plus démunis. Pour lui, le logement est un socle important dans la vie : « J’ai pu constater via une expérience professionnelle que le logement est au cœur des problèmes des sans-abri, sans logement rien n’est possible : pas de possibilité de trouver un emploi, encore moins de le garder, de renouer avec la famille etc. C’est la base », rapporte-t-il à nos confrères belges de la rtbf.

Ces petites maisons de bois de 22m₂, semblables à des caravanes, seraient mises à disposition des personnes sans-abri. Un prix raisonnable serait ainsi fixé pour leur permettre de bénéficier d’un nouvel habitat.

« L’idée est de mettre à disposition un logement de qualité à un prix abordable et sans limite de temps, affirme Dominique Bigneron. Les gens resteront aussi longtemps qu’ils en ont besoin. J’imagine quelque chose comme 400 euros charges comprises ».

De nouveaux logements pour la ville de Namur

Ce projet respectable va bien au-delà d’une offre de logement. Dominique Bigneron souhaite aussi construire un lien social avec les futures personnes hébergées. Pour ce faire, il a sa petite idée.

« Au volet logement s’ajoute un autre fils rouge, un accompagnement social. Un accueil de jour complète le projet. L’idée, c’est d’être présent pour eux. Par exemple, les maisons n’auraient pas de douche ou de machine à laver, ça se ferait à l’accueil de jour. L’idée est simple : garder un lien, un contact quotidien », explique-t-il.

Situé dans la ville de Namur, le projet n’attend plus qu’un terrain pour pouvoir implanter les maisons de bois. Le bourgmestre (le premier magistrat des communes en Belgique) de Namur, Maxime Prévot, voit déjà cette démarche avec « beaucoup d’enthousiasme ». Dominique Bigneron prévoit ensuite de créer une association à but non lucratif prénommée « Un toit pour l’avenir », pour compléter son projet.

Source : rtbf