Vincent Cassel : 10 films entre Paris et Hollywood

Vincent Cassel est l’un des acteurs français les plus courtisés dans notre pays mais aussi à l’étranger. De son explosion sur le devant de la scène française et internationale dans La Haine en passant par Mesrine, son plus beau rôle, Vincent Cassel bâti une carrière solide et éclectique.

Entre films dits ‘sérieux’ et blockbusters, l’acteur français césarisé prouve qu’il peut tout jouer. Y compris les mauvais rôles. Décriés (Irréversible) ou adulés (Mesrine: L’Instinct de mort), les films de Vincent Cassel tiennent une place de choix dans sa carrière déjà bien remplie. En alternant entre cinéma européen et américain, l’acteur prouve qu’il est un choix de luxe pour les réalisateurs des quatre coins du monde.

À voir aussi

Son prochain projet, Astérix et Obélix: L’Empire du Milieu, rappelle le chemin emprunté par son père, Jean-Pierre Cassel en 2008 dans Astérix aux Jeux Olympiques. En 2023, on le découvrira en Athos dans le projet ambitieux Les Trois Mousquetaires. Découvrez 10 films de Vincent Cassel entre Paris et Hollywood.

La Haine (1995)

La Haine. Crédit : Lazennec & Associés

Impossible de ne pas citer la filmographie de Vincent Cassel sans citer La Haine. En 1995, Vincent Cassel joue VinZ dans le film culte réalisé par Mathieu Kassovitz. Le film aux trois Césars qui conte les péripéties d’un trio de Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines, deviendra rapidement un succès en France en réunissant deux millions de spectateurs. Mais aussi à l’étranger où La Haine est régulièrement cité par les cinéphiles et amateurs de films français contemporains.

Outre les nombreuses réactions que La Haine a pu susciter, le film de Mathieu Kassovitz reste pertinent et transgénérationnel. Un succès qui propulsera Mathieu Kassovitz et le jeune Vincent Cassel sur le devant de la scène. Un duo qui fonctionne et qui se retrouvera cinq ans plus tard, dans le quatrième film de Kassovitz: Les Rivières pourpres.

Elisabeth (1998)

Elisabeth. Crédit Working Title Films

Premier gallon d’essai à l’étranger pour Vincent Cassel. Et pas des moindres. C’est de l’autre côté de la Manche que Vincent Cassel fera ses premiers pas en anglais. Ou presque, puisque dans le film de Shekhar Kapur, retraçant l’ascension au trône d’Angleterre de la reine Elisabeth Ire, l’acteur y incarne le Duc d’Anjou. Ainsi, Vincent Cassel s’exprime dans les deux langues, anglaise et française. Son rôle, assez déjanté et détonnant, est plutôt drôle. L’acteur montre ainsi une facette plus lumineuse de son jeu de comédien et offre par ailleurs dans le film de bons moments.

Les Rivières pourpres (2000)

Les Rivières pourpres. Crédit : Gaumont

Les Rivières pourpres signe la nouvelle collaboration du duo Kassovitz/ Cassel. Vincent Cassel s’est fait un nom depuis son apparition remarquée dans La Haine, mais pas que, et est aussi un acteur en vogue. Si Vincent Cassel fait parler de lui et du couple qu’il forme avec l’actrice Monica Bellucci à l’époque, l’acteur sait surtout se faire remarquer pour ses talents de comédiens.

Dans cette adaptation du livre de l’auteur Jean-Christophe Grangé, Vincent Cassel endosse un rôle sombre et dramatique, celui d’un jeune lieutenant qui enquête sur une étrange affaire. Un rôle profond, parfait pour l’acteur. Et une collaboration de nouveau fructueuse. Les Rivières pourpres, thriller haletant, attirera près de trois millions de curieux dans les salles obscures françaises. Autre preuve s’il en faut, dans le film, Vincent Cassel partage l’affiche avec nulle autre que son père, Jean-Pierre Cassel, acteur emblématique des années 1960.

Le Pacte des loups (2001)

Le Pacte des loups. Crédit : Metropolitan FilmExport

En 2001, Vincent Cassel, désormais acteur respecté et bien installé dans le cinéma français, joue dans le renommé Le Pacte des Loup de Christophe Gans. Le film rencontre un immense succès en France avec cinq millions de spectateurs dans les salles. Mais aussi dans le monde. Le Pacte des loups devient ainsi l’un des films français les plus populaires à l’étranger. Un film marquant dans lequel Vincent Cassel excelle encore.

Il faut dire que le sujet du film s’y prête fortement. Ce dernier s’inspire en effet librement de l’histoire fascinante de la Bête du Gévaudan. Film d’aventure, historique, thriller, horreur, Le Pacte des loups est porté par un casting quatre étoiles. Vincent Cassel y est parfait en personnage sadique, dérangeant et perturbant. Un rôle excellent pour l’acteur qui donne la réplique à sa compagne de l’époque Monica Bellucci, dans un rôle mystérieux. Un autre film culte dans la filmographie de l’acteur.

Ocean’s Twelve (2004)

Ocean's Twelve. Crédit : Warner Bros.

Lorsque Vincent Cassel débarque à Hollywood, l’acteur français frappe fort. Dans Ocean’s Twelve, l’ancien époux de Monica Bellucci donne la réplique aux stars hollywoodiennes que sont George Clooney, Brad Pitt, Matt Damon, Julia Roberts… devant la caméra de Steven Soderbergh. Dans le film, Vincent Cassel nous réserve une scène envoutante où il démontre ses talents en capoeira. Il faut dire que l’acteur est un grand admirateur du Brésil où il vit depuis 2012 avec sa femme Tina Kunakey et leur fille. Un clin d’œil de l’acteur pour son pays d’adoption qu’il expose aussi régulièrement en photo sur Instagram.

Face aux stars d’Hollywood, Vincent Cassel interprète un mystérieux voleur français, sûr de lui, qui donne du fils à retordre à la bande de Danny Ocean. S’il ne s’agit pas de son meilleur rôle, Vincent Cassel est parfait en antagoniste un peu bêta, drôle et charismatique.

Mesrine: L’Instinct de mort (2008)

Mesrine : L'Instinct de mort. Crédit : Pathé Distribution

Dans L’Instinct de mort, Vincent Cassel incarne très probablement le rôle le plus iconique de sa carrière et le plus spectaculaire du cinéma français. Devant la caméra de Jean-François Richet, Vincent Cassel incarne l’ennemi public numéro 1, Jacques Mesrine. Célèbre braqueur dans les années 1960 et 1970, Jacques Mesrine fait partie des plus grands criminels français. Charismatique, dont les aventures dingues ont participé à sa légende, Jacques Mesrine ne pouvait être mieux incarné que par Vincent Cassel.

Pour interpréter ce personnage hors normes et fascinant par ses cavales et son mode de vie tourmenté, Vincent Cassel s’est métamorphosé. Magistral dans ce rôle complexe et riche en émotions, Vincent Cassel ne laisse personne de marbre et offre une prestation spectaculaire. Grâce aux dialogues et à la mise en scène impeccable de Jean-François Richet, ce premier volet réunira 2,2 millions de spectateurs dans l’Hexagone. Sa suite, L’Ennemi public n°1, maintiendra ce succès, et le diptyque sera couronné de trois Césars, dont celui de meilleur réalisateur pour Jean-François Richet et meilleur acteur à l’unanimité pour Vincent Cassel.

Black Swan (2010)

Black Swan. Crédit : Fox Searchlight Pictures/ 20th Century Fox

Deux ans après la fin du diptyque à succès Mesrine, Vincent Cassel retourne aux États-Unis où il connaît une carrière respectable et réussie. C’est dans le thriller psychologique de Darren Aronofsky, Black Swan, qu’on retrouve Vincent Cassel. Face à Natalie Portman, Vincent Cassel interprète Thomas Leroy, maître de ballet et chorégraphe tyrannique. Si Black Swan fait la part belle à la prestation déstabilisante de Natalie Portman (qui remportera l’Oscar de la meilleure actrice), Vincent Cassel se fait remarquer par son personnage oppresseur et sadique. L’acteur prouve une nouvelle fois la carrière prolifique qu’il mène entre Paris et Hollywood.

Juste la fin du monde (2016)

Juste la fin du monde. Crédit : Diaphana Films

En 2016, Vincent Cassel se retrouve devant la caméra du prodige québécois Xavier Dolan. Dans Juste la fin du monde, Vincent Cassel donne la réplique à une belle brochette d’acteurs: Marion Cotillard, Léa Seydoux, Gaspard Ulliel et Nathalie Baye. Dans ce film dramatique tiré d’une pièce de théâtre éponyme de Jean-Luc Lagarce, Vincent Cassel incarne un homme blessé, tout en puissance, face au drame que le retour de son frère provoque.

Le film de Xavier Dolan a reçu des critiques mitigées, tandis que la performance de Cassel fut saluée ou décriée pour son outrance. Malgré les nombreuses divisons qu’a provoqué le film, Juste la fin du monde ne laisse personne indifférent. Si ce n’est pas le rôle le plus marquant de l’acteur ni son film le plus populaire, Juste la fin du monde a su attirer un million de spectateurs en France.

Jason Bourne (2016)

Jason Bourne. Crédit : Universal Pictures

Après Ocean’s Twelve, c’est dans une autre franchise à succès que Vincent Cassel se dirige. Dans la saga Jason Bourne, Vincent Cassel retrouve Matt Damon. Le Français interprète l’Atout, un tueur de la CIA. Jason Bourne marque le retour de Vincent Cassel au genre action et au cinéma de blockbuster. Tandis que son ex-femme Monica Bellucci s’illustre dans la saga James Bond: Spectre, Vincent Cassel opte pour le penchant américain aux combats saccadés. Moins réussi que ses prédécesseurs, Jason Bourne réalisa pourtant un bon score en France avec un million de fidèles dans les salles obscures. Dans le film, Vincent Cassel joue un personnage plutôt taiseux et obstiné par son forfait à accomplir.

L’Empereur de Paris (2018)

L'Empereur de Paris. Crédit : Gaumont Distribution

Dans L’Empereur de Paris, Vincent Cassel retrouve le réalisateur Jean-François Richet après le diptyque sur Mesrine. Un projet ambitieux que l’acteur et le réalisateur souhaitent dépoussiérer après l’échec de la précédente adaptation de 2001. Dans ce film d’action historique français, Vincent Cassel endosse un nouveau rôle ‘iconique’ après celui de Jacques Mesrine: l’ancien bagnard devenu policier, Eugène-François Vidocq. Dans le Paris de 1805, le film retrace la genèse du policier le plus célèbre de France. Aidé par des décors soignés et des personnages secondaires solides, Vincent Cassel incarne avec force et humanité celui qui deviendra le chef de la «brigade de sûreté».