Quelle est la femme la plus riche du monde en 2021 ?

Bouton whatsapp

Qui est la femme la plus riche du monde ? A combien s'élève sa fortune ? Forbes a dévoilé le classement des femmes les plus riches. Et il compte 1 Française.

TADAM…Le classement de l’année 2021 des plus grosses fortunes au monde dressé par le magazine américain Forbes compte 328 femmes. On recense donc dans le monde 328 femmes milliardaires, soit plus que l’année 2020 où seules 234 femmes figuraient dans la liste des personnalités les plus riches du monde.

À voir aussi


Dans son world's wealthiest female billionaires, top list des femmes les plus riches au monde paru le 17 mars 2021, le magazine s’est amusé à chiffrer en milliards de dollars la somme réunie de ces plus grosses fortunes féminines. C’est peu dire que le résultat donne le vertige : à elles seules, ces 328 femmes totalisent 1000,53 milliards de dollars. Une somme qui a plus que doublé depuis 2020 (+60 % selon Forbes).

Françoise Bettencourt est la femme la plus riche du monde en 2021 selon Forbes. Crédit : Flickr CC 401(K) 2012.

1.Françoise Bettencourt-Meyers, femme la plus riche du monde

Si on regarde de plus près ce top des femmes les plus riches au monde, la grosse surprise vient d’ailleurs : la femme la plus riche au monde est une Française. La palme d’or de la femme la plus riche au monde revient à Françoise Bettencourt Meyers. A 68 ans, Françoise Bettencourt, héritière du groupe L’Oréal et petite-fille de son fondateur (Eugène Schueller), est à la tête d’un véritable empire dont la fortune nette est évaluée à 73,6 milliards de dollars.


Fille unique de Liliane Bettencourt, décédée en 2017, et d’André Bettencourt (mort en 2007) Françoise Bettencourt Meyers prend les rênes du mastodonte de l’industrie cosmétique L’Oréal à la mort de sa mère. En reprenant le flambeau, Françoise Bettencourt se positionne comme la femme la plus riche du monde en 2021.

Voici l’intégralité du top 10 des fortunes féminines de l’année selon Forbes :


1. Françoise Bettencourt-Meyers : une fortune évaluée à 73,6 milliards de dollars
2. Alice Walton : fortune évaluée à 61,8 milliards de dollars
3. MacKenzie Scott : fortune à 53 milliards de dollars
4. Julia Koch & sa famille : fortune évaluée à 46,4 milliards de dollars
5. Miriam Adelson : fortune évaluée à 38,2 milliards de dollars
6. Jacqueline Mars : fortune évaluée à 31,3 milliards de dollars
7. Yang Huiyan & sa famille : fortune évaluée à 29,6 milliards de dollars
8. Susanne Klatten : fortune évaluée à 27,7 milliards de dollars
9. Gina Rinehart : fortune évaluée à 23,6 milliards de dollars
10. Iris Fontbona & sa famille
: fortune évaluée à 23,3 milliards de dollars.

Dans le détail, découvrez qui sont ces femmes puissantes qui occupent le top 10 des plus grosses fortunes féminines au monde.

2. Alice Walton, 2e plus grosse fortune du monde

Avec 61,8 milliards de dollars, Alice Walton occupe la deuxième place du classement des femmes les plus riches du monde. Elle est la fille de Sam Walton, fondateur de l’entreprise américaine Walmart, leader de la grande distribution généraliste (numéro 1 devant le groupe Carrefour). Alice Walton a hérité de la fortune de son père à son décès, profitant à son tour du succès florissant de Walmart. Le poids lourd de la grande distribution n’a pas souffert de la pandémie de Covid. Bien au contraire. Le chiffre d’affaires de l’entreprise a bondi de 6,7% en 2020, pulvérisant son record de ventes jusqu'à afficher un chiffre d’affaires titanesque de 559,2 milliards de dollars en 2020. De quoi expliquer le compte en banques bien garni d’Alice Walton.

3. MacKenzie Scott : 3e femme la plus riche du monde

MacKenzie Scott se hisse à la 3e place des femmes les plus opulentes au monde. Sa fortune à 53 milliards de dollars s’explique facilement puisqu’elle est l’ex femme de Jeff Bezos, fondateur d’amazon. Si leur mariage a pris fin en 2019, l’ex compagne de Jeff Bezos (qui a quitté la direction d’amazon en juillet dernier), n’est pas partie les poches vides mais avec un quart des parts de la société amazon. La milliardaire et romancière américaine a su sortir de l’ombre de son ex mari, et s’affranchir de son image de «compagne de» en s’illustrant par sa philanthropie. En juin dernier, MacKenzie Scott a annoncé dans un post de blog faire don de 2,739 milliards de dollars à diverses associations. MacKenzie Scott prouve ainsi qu’elle est une femme au grand cœur en plus d’avoir un gros portefeuille.

4. Julia Koch & sa famille, 4e femme la plus riche du monde

Avec 46,4 milliards de dollars, Julia Koch squatte la 4e place des plus grosses fortunes féminines du monde. Julia Koch a hérité du patrimoine de son mari, David Koch, décédé en 2019, vice-président de Koch Industries. L’entreprise de raffinerie de pétrole est considérée comme la deuxième plus grande entreprise des Etats-Unis.

5. Miriam Adelson, 5e femme la plus riche du monde

Avec 38,2 milliards de dollars, Miriam Adelson dispose de la 5 plus grosse fortune au monde détenue par une femme. La milliardaire et médecin de profession doit sa fortune aux parts héritées de son défunt mari Sheldon Adelson (mort en janvier 2021) propriétaire de casinos. Elle détient plus de la moitié des parts des établissements des casinos Las Vegas Sands.

6. Jacqueline Mars, 6e femme la plus riche du monde

Avec 31,3 milliards de dollars, Jacqueline Mars détient la 6e plus grosse fortune féminine au monde. Elle est l’héritière de la société Mars Incorporated et possède environ un tiers des parts du géant de l’agro-alimentaire connu notamment pour sa confiserie et ses marques de barres chocolatées (Snickers, Twix...).

7. Yang Huiyan, 7e femme la plus riche du monde

Avec 29,6 milliards de dollars, Yang Huiyan possède la 7e plus grosse fortune du monde détenue par une femme. Elle doit ses énormes revenus à son père, promoteur immobilier à la tête du Country Garden Holdings. Yang Huiyan figure également dans le classement des 10 milliardaires chinois 2021 où elle est classée 10e.

8. Susanne Klatten, 8e femme la plus riche du monde

Avec 27,7 milliards de dollars, Susanne Klatten possède la 8e plus grosse fortune féminine au monde de l’année 2021. Elle est une des principales actionnaires du groupe automobile BMW, après avoir hérité des parts de sa mère Johana Quandt.

9. Gina Rinehart, 9e femme la plus riche du monde

Avec 23,6 milliards de dollars, Gina Rinehart occupe la 9e place du classement des plus grosses fortunes féminines au monde de l’année 2021. L’Australienne de 67 ans dirige l’empire minier Hancock Prospecting Group, spécialisé dans le minerai de fer.

10. Iris Fontbona, 10e femme la plus riche du monde

Avec 23,3 milliards de dollars, Iris Fontbona talonne Gina Rinehart. Et tout comme elle, elle tient les rênes d’un empire minier depuis le décès de son mari Andrónico Luksic Abaroa, dirigeant de la société Antofagasta PLC.

L'écart salarial homme-femme en France / Crédit : Unsplash

Le top des femmes les plus riches VS la réalité du «plafond de verre»

Si ces grosses fortunes laissent quelques-uns rêveurs, ces portraits de femmes hyper puissantes et fortunées restent des exceptions. Elles ne sauraient faire oublier le «plafond de verre» qui persiste dans la société française actuelle et qui freine l’émergence de «success story» au féminin. Pour ceux du fond, l'expression de plafond de verre, employée pour la première fois dans les années 70 par des sociologues féministes, pointe la difficulté qu’ont les femmes à occuper des postes haut placés et à grimper dans la hiérarchie. Ces freins invisibles à la promotion et l’ascension professionnelle des femmes demeure une réalité bien présente.

Un coup d’oeil du CAC 40 suffit à s’en rendre compte. La timide ouverture du CAC 40 aux femmes au sein des comités exécutifs et de direction en est une illustration frappante : seuls 2,5% des 80 postes de président et/ou de directeur dénéral des entreprises du CAC40 sont occupés en 2021 par des femmes, pointe le rapport 2021 de l’Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises. Et dans ce maigre 2,5%, on compte 0 femme PDG, 0 femme présidente du conseil d’administration et... seulement 2 femmes occupant le poste de directrice générale.


Autre chiffre éclairant ce solide plafond de verre dans l'Hexagone : les comités de direction des entreprises ne comptent que 18% de femmes à l’heure actuelle, signe que l’écart salarial homme-femme reste encore un fossé difficile à combler… De quoi sérieusement relativiser la portée des classements des femmes milliardaires.

Toutefois, les femmes peuvent faire contre mauvaise fortune bon cœur. L’horizon pourrait s’éclaircir dans les prochaines années : l’Etat a voté une loi instaurant des quotas de femmes à la direction des grandes entreprises en mai 2021. Cette proposition de loi prévoit que les entreprises de plus de 1000 salariés devront avoir au moins 30% de femmes parmi leurs cadres dirigeants et membres des instances dirigeantes en 2027. Un taux qui devra grimper à 40% en 2030. Dans le cas du non-respect de ce quotas, l’entreprise s’exposera à une pénalité financière" (jusqu’à 1% de la masse salariale).

Source : Forbes
Bouton whatsapp