Quel est l'arbre le plus vieux du monde ?

Quel est le plus vieil arbre du monde ? Amoureux de la nature, vous allez être servi ! Découvrez le classement des arbres les plus vieux du monde.

Vous connaissez certainement l’arbre le plus grand ou le plus large du monde. C’est bien évidemment le séquoia à feuilles d'if ou séquoia toujours vert (Séquoia sempervirens de son petit nom) ! Élémentaire mon cher Watson ! Sous vos yeux ébahis, découvrons ensemble quel est l’arbre le plus ancien encore présent sur notre planète Terre. C’est peut-être moins impressionnant mais ça en jette tout autant !

À voir aussi

Les deux plus vieux arbres du monde

Vous êtes un passionné de botanique et d’article « Top » ? Ne bougez plus, c’est le moment d’ouvrir vos yeux ? On lève le mystère tout de suite, le plus vieil arbre du monde se trouve être un épicéa (Picea abies) ! Suivi de près par un pin de Bristlecone( Pinus longaeva) ! Ça ne vous dit rien ? Nous non plus mais on va analyser ensemble pourquoi et comment ce spécimen a pu être étiqueté comme l’arbre le plus ancien de notre planète connu à ce jour.

Tout d’abord, il s’agirait donc de comprendre comment trouver l’âge d’un arbre ? Vaste question en effet. Pour arriver à déterminer l’âge d’un arbre, il vous suffit de chercher un tronc d’arbre coupé afin d’en compter les cernes (les ronds foncés situés dessus). Chaque ligne vaut une année. Une fois que vous les avez additionnées, vous obtiendrez l’âge de l’arbre jusqu’à ce qu’il ait été coupé.

Pour connaître l’âge : Tuer l’arbre…

Bon le souci de cette technique c’est qu’il faut couper l’arbre pour pouvoir ensuite analyser et compter les cernes présents dans la tranche du tronc. Pas évident quand il s’agit de l’arbre le plus vieux du monde… Ça serait triste de perdre une antiquité pareille non ? Il avait encore de beaux jours devant lui peut être ? Mais à moins d’avoir un Bac +10 paysagistes spécialité reconnaissance en arbre, il est vrai le plus simple est de compter les cernes d’un tronc. Dommage pour la biodiversité. Au pire vous resterez dans l’ignorance c’est pas plus mal, surtout si c’est pour sauver un arbre. Pourtant, vous pouvez ruser à condition de trouver des arbres de la même espèce près d’un spécimen fraîchement coupé.

Un tronc d'arbre / Crédit : Unsplash

Une fois l’âge du tronc obtenu (en comptant les ronds), mesurez sa circonférence avec vos enfants. Divisez ensuite cette mesure par le nombre d’années pour obtenir le nombre de centimètre qu’un arbre prend chaque année. Mesurez ensuite le tour d’un autre arbre (non coupé cette fois) en le divisant par les centimètres obtenus auparavant. Bon, c’est super long et compliquez en fait. Tronçonnez-le ce sera plus simple, pour l’écologie on repassera.

Le Pin de Bristlecone : plus vieil arbre du monde ?

Revenons à nos moutons. C’est donc cette technique qui a été utilisée afin de connaître l’âge de notre bon vieux (et même très vieux) Pin de Bristlecone. Dis le vénérable. Celui-ci poussait dans le Nevada aux États-Unis et n’avait pas moins de 4 844 ans environ. À oui quand même. Presque 5 000 ans. Cet âge n'est qu'une approximation puisque, comme c'est souvent le cas avec les arbres très vieux, les cernes les plus anciens ont disparu, l'arbre étant creux au niveau de la souche. Ainsi on peut donc supposer que notre pin était en fait beaucoup plus vieux ! Ça fait beaucoup 5 000 ans quand même. On imagine toutes les choses qui ont traversé les âges tandis que ce vénérable pin de Bristlecone observait le monde.

Mathusalem

Ce fut à un autre pin de Bristlecone qu'échu le titre en 1964 : Mathusalem de son petit nom. Qui le porte très bien d’ailleurs. Ce dernier était âgé de 4 842 ans en 2010. Plus tout jeune le bougre. Cet arbre se trouve dans les montagnes blanches en Californie, mais sa localisation précise est tenue secrète pour le préserver des déprédations. Ne vous amusez pas à le cherche vous y prendrez un certain temps.

La Dendrochronologie

La détermination de son âge s'est toujours faite par dendrochronologie (La méthode dont nous avons parlé précédemment). Mais d’autres possibilités existent également. On pense à la méthode du carottage notamment. Dans celle-ci, le tronc a été foré pour prélever un cylindre de bois s'étendant de l'écorce jusqu'au centre de l'arbre. L'avantage de cette méthode est bien entendu de laisser l'arbre en vie, mais il est souvent difficile d'atteindre exactement le cœur de l'arbre et donc d'extraire les plus anciens cernes de croissance. En 2013, un autre de ses congénères de la même région l'a détrôné : son âge a été estimé à 5 062 ans

Toujours pas le plus vieux du monde ?

Quel est l'arbre le vieux du monde ? / Crédit : Unsplash

Mais, comme nous le disions précédemment, cet espèce de pin spécifique au sud-ouest des États-Unis n’est pas considéré, selon les spécialistes, comme l’arbre le plus âgé du monde. Et non toujours pas, il y a encore plus vieux.

L’épicéa de Suède

Cet arbre, c’est donc l’épicéa de Suède ! À côté de lui, notre pin du Nevada est encore dans la fleur de l’âge pourrais on dire. Cet épicéa pourrait être considéré comme le plus vieil arbre vivant nonobstant la découverte en 2008, en Suède, d'un épicéa (Picea abies) de 9 552 ans. Même avec la retraite à 67 ans il serait au repos depuis bien longtemps lui. Pour ce dernier, seules ses racines (analysées au carbone 14) sont si vieilles. Cette espèce est capable de se multiplier par marcottage, c'est-à-dire par enracinement de rameaux sans que ceux-ci ne se séparent du plant-mère.

Au cours des siècles, alors que les plants-mères disparaissaient au bout de 600 ans environ (petit joueur), de nouveaux plants-filles se dressaient à partir du système racinaire originel. Toujours aussi fascinant ces bêtes-là.

Et ce n’est pas fini ! Et non toujours pas. Enfin presque. Le dernier exemple est plutôt une exception. Ou tout du moins, une espèce d’arbre qui ne rentre pas vraiment dans les catégories précédentes. Si l'on considère les populations clonales d'arbres, dont chaque clone est considéré comme appartenant à un même organisme, alors la plus ancienne population pourrait être celle de peupliers faux-trembles (Populus tremuloides) de l'Utah, aux États-Unis. L'âge de cet organisme comptant environ 40 000 individus nommés Pando serait de 80 000 ans… Les États-Unis, pays de la démesure encore une fois ! Même pour les arbres, c’est dire ! Mais derrière ces mastodontes, d’autres arbres certes, plus jeunes, font aussi partit du palmarès. En voici une petite liste non exhaustive :

Les autres records de longévité

Un chêne pédonculé d'un millénaire

Dans une tout autre ambiance, au cœur de la pluvieuse forêt de Sherwood, en Angleterre, le creux d'un chêne pédonculé (Quercus robur) d'une circonférence de plus de 10 mètres aurait servi, au XIIIe siècle, de repère à la troupe de Robin des bois. Il nous fait un peu penser aux arbres dans Game Of Thrones. Vous savez Le Baral, l’arbre à visage ? Âgé de 800 à 1 000 ans, selon les estimations, ce « Major Oak » (littéralement « chêne majeur »), comme il fut appelé, tiendrait sa largesse de la fusion de plusieurs jeunes arbres ou d'un important élagage. Balaise le type.

Le Chêne chapelle d'Allouville, âgé de 1 200 ans

Un autre individu de cette espèce de chênes, la plus adaptée en Europe aux zones humides et à la forêt inondable, atteindrait 1 200 ans, outre-Manche, en Haute-Normandie : le « Chêne chapelle d'Allouville », du nom du village où il se trouve, serait le plus vieux de France. Qui plus, c’est plus facile d’aller le voir que de partir explorer la forêt des montagnes blanches dans le Nevada. Témoin du défilé des troupes de Guillaume le Conquérant et de la Révolution française, il fut endommagé par la foudre en 1912 et classé monument historique vingt ans plus tard.

Un cyprès d'un millénaire et demi

Autre arbre impressionnant de par sa circonférence (36 mètres) et son âge (environ 1 500 ans) : le cyprès de Montezuma (Taxodium mucronatum), au Mexique. Des tests génétiques confirment que « l'Arbre de Tule », localisé près de l'église Santa Maria del Tule, est bien un seul et même individu. Donc un peu plus méritant que notre chêne d’Angleterre qui serait constitué d’un mélange de plusieurs arbres. Mais bon on ne lui en veut pas. Considéré comme sacré, il aurait été planté par un prêtre aztèque selon les croyances locales.

Forêt avec des arbres / Crédit : Unsplash

Les arbres de plus de 2 500 ans

Welwitschia mirabilis et ses 2 500 ans

Du nom du docteur Friedrich Welwitsch qui l'a découverte en 1860, Welwitschia mirabilis, seule espèce du genre Welwitschia, vit exclusivement dans le désert chaud côtier du Namib, en Namibie, et en Angola. Pourvue de deux longues feuilles qui croissent de façon indéfinie dans des sens opposés et dont les extrémités se dilacèrent, la plante peut vivre 2 500 ans. Ca vaut le détour en effet. Cette espèce est d’ailleurs considérée comme un des arbres les plus étranges qui existe. Et on comprend pourquoi.

Un alerces de 3 600 ans

Malgré la déforestation, il persiste, dans les forêts pluviales du Chili, des alerces (Fitzroya cupressoides) dont certains spécimens sont évalués à plus de 3 600 ans. Unique espèce du genre Cupressaceae et native des montagnes andines chiliennes et argentines, l'alerce est un élément constitutif important de cet écosystème forestier particulier. Ça commence à faire beaucoup d’appellations tout ça, on s’y perd.

Le cyprès d'Abarqu et ses quatre millénaires

Comme son appellation l'indique, le « cyprès d'Abarqu » (Cupressus sempervirens) siège dans l'enceinte de la grande mosquée d'Abar Kûh, en Iran. Du haut de ses quatre millénaires, cet arbre, classé monument national et considéré comme sacré, serait la plus vieille entité vivante d'Asie.