Créer un pan-bagnat de A à Z, l'audacieux pari de Benjamin Carle pour son nouveau documentaire

Par
18
Partages
imprimer

Imprimer

Benjamin Carle est de retour après le succès de «Made in France» pour un nouveau documentaire intitulé «Sandwich», dans lequel il se met en tête de créer son pan-bagnat de A à Z.

Benjamin Carle est une sorte d'ovni, toujours à la recherche d'un nouveau défi qui implique un don de soi très important. Déjà auteur de «Made in France», documentaire dans lequel il tentait de vivre une année entière avec des produits 100 % français, il part cette fois-ci sur un autre sujet : démontrer que l'on ne sait plus se servir de ses mains.

Partant d'une idée très simple, à savoir créer un pan-bagnat (pas le plus simple des sandwichs il faut le dire), il s'est donné comme objectif de récolter lui-même tous les ingrédients du fameux sandwich niçois. Mais attention, on ne parle pas ici d'assemblage de produits achetés au supermarché en bas de son immeuble, mais bien de «création».

crédits : Le Monde

L'élément principal du sandwich est bien évidemment le pain. Il commence donc par bêcher une parcelle de terre avant d'y semer ses graines de blé pour pouvoir faire de la farine. Pas une mince à faire quand on est habitué à acheter son pain chaud chez le boulanger ! Quoi qu’il en soit, son premier défi lui a demandé de l'huile de coude, du temps et beaucoup de patience avant que son blé sorte de terre et lui donne de véritables épis. Mais sa quête du bagnat ne s'arrête pas là, puisqu'il lui a fallu aller pêcher le thon en haute mer, au Pays basque, sur un chalutier qui tanguait un peu trop à son goût (le jeune homme a le mal de mer, pratique pour la pêche…).

Une autre question s'est posée : comment faire pousser les légumes qui viendront composer son sandwich lorsqu'on vit en ville ? À l’aide de quelques-uns de ses amis, il construit des jardinières sur les toits et fait pousser ses tomates, ses poivrons, ses radis… Là encore, le défi est relevé avec brio mais non sans mal, puisque Benjamin Carle le dit lui-même au début du reportage :« tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien faire». Car au-delà de la volonté de créer son bagnat de toutes pièces, le journaliste cherche à démontrer qu'avec notre mode de vie actuelle, l'industrialisation et les supermarchés, plus personne ne travaille avec «ses mains». C'est donc dans cette démarche qu'il va rendre visite à une famille «survivaliste» (100 % autonome) qui cultive, fabrique et fait même du vélo pour laver son linge !

crédits : Canal +

On ne vous en dit pas plus, mais sa réflexion ne s'arrête donc pas qu'à la création du fameux sésame, le pan-bagnat. Entre achat de poule, remplissage de bidon d'eau salé à la plage et la confection de l'huile d'olive, le journaliste tente de démontrer qu'il est possible, avec beaucoup de volonté, de retrouver une passion pour l'artisanat plutôt que pour les réseaux sociaux. Le but n'est pas non plus de renier tout ce qui a été créé à ce jour, mais seulement de revenir «aux sources» et d'apprendre quelque chose d'utile, qui lui servira sûrement toute sa vie.

Pour conclure, nous pouvons dire que c'est une magnifique immersion dans l'univers du «do-it-yourself» qui est montrée dans ce documentaire diffusé sur Canal + avec comme acteur principal le génial Benjamin Carle, toujours aussi drôle et lucide sur le monde qui nous entoure.

Découvrez notre recette : Patate farcie au fromage et à l'oeuf en vidéo
Commentaires