Carences, protéines, nature carnivore... On revient sur les clichés autour de l'alimentation sans viande !

Par
464
Partages
imprimer

Imprimer

Des a priori sur les végétariens et les vegans, il y en a : carences en vitamines, en fer ou en protéines, la nécessité pour le corps de boire du lait ou même la nature même de l’être humain qui serait carnivore. On vous propose de faire le tri dans les bonnes et les mauvaises informations sur ces sujets qui semblent parfois déchaîner les passions !

Crédits : Anna_Pustynnikova

Être vegan provoque des carences en fer : Faux

Ce qu’il faut d’abord comprendre, c’est que l’alimentation moderne est loin d’être équilibrée. Les carences en fer et en vitamine B12 s’expriment généralement par de l’anémie. Il s’agit là d’un problème qui touche surtout les personnes vivant dans les pays développés, généralement couplé avec un manque de vitamine D. Si la viande, et surtout les abats, permet bien de faire le plein de fer, de nombreux aliments végétaux font aussi l’affaire. Ainsi, puisez votre fer dans les légumineuses ou le soja. Le fer d’origine végétal est en revanche plus difficile à absorber, c’est pourquoi il est conseillé de l’accompagner de vitamine C, si vous êtes végétarien ou végan, terminez donc votre repas avec un fruit !

Il existe des sources de protéines végétales : Vrai

Il existe beaucoup d’aliments issus de végétaux avec une forte teneur en protéines : le soja, les noix, les graines de chanvre et de courge.

Là encore, pour reprendre les choses à la base, nous ne prenons pas les protéines de nos aliments, ce sont des acides aminés présents dans ce que l’on mange qui aident notre corps à produire les protéines nécessaires. Si vous dites adieu à la viande, misez donc sur les valeurs sûres avec les graines de courge (30,23 g de protéines/100 g), les lentilles (23,63 g/100 g) ou encore les amandes (21,15 g/100 g).

On a besoin de lait de vache pour avoir des os solides : Pas vraiment

Faux : On a besoin de calcium pour avoir des os en pleine santé. On en trouve dans l’eau minérale, le lait végétal, les amandes et les brocolis !

C’est propre à l’être humain de manger de la viande : Vrai et faux

Pas vraiment. Si l’être humain a toujours mangé de la viande, le végétarisme et même le végétalisme ont lui aussi toujours existé. Ainsi, dans l’Égypte antique, le végétarisme religieux était de rigueur, les seuls aliments d’origine animale qui étaient consommés étaient le fromage et le miel, et là encore pour les plus riches. Les exemples sont nombreux et l’on pourrait citer Pythagore qui était l’un des premiers végans ou encore l’Inde qui bannit de nombreux produits d’origine animale. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que nos connaissances sur l’alimentation et la nutrition nous permettent de nous passer de viande avec un peu d’effort. D’un autre côté, bien manger, ça mérite bien de passer un peu de temps en cuisine !

Manger vegan coûte plus cher : Faux

Non, une alimentation saine à base de légumes frais, de légumineuses et de céréales peut être accessible pour tous. Il est en tout cas évident qu’un sac de lentille coûte moins cher qu’un steak de bœuf. En revanche, cuisiner demande du temps, un temps que l’on n’a pas toujours, c’est pourquoi l’on a parfois (ou souvent) recours aux plats préparés ou aux aliments transformés. Pour cette seconde option, manger végétarien ou végan coûte bel et bien plus cher mais la perte de qualité est évidente.

La viande, les œufs, le lait et le fromage c’est trop bon : Les goûts et les couleurs…

Là, les goûts ne discutent pas vraiment. Si manger un plat sans viande peut être très bon, l’idée paraît folle pour d’autres. Si en France, la gastronomie est connue pour être celle du beurre et de la crème, il existe une variété de goûts, de saveurs et de couleurs possibles sans ingrédients d’origine animale. Difficile de trancher dans ce débat sans empiéter sur la subjectivité des uns et des autres ! Ce qui est sûr, c’est que la diversité alimentaire est indispensable, manger moins gras et moins sucré aussi, c’est pourquoi les experts conseillent de plus en plus l’utilisation bénéfique des épices. Le gras végétal ou animal c’est la vie, mais le goût des bonnes choses et des bons produits c’est mieux.

Découvrez notre recette : Aubergine hasselback en vidéo
Commentaires