Que mangent les footballeurs pendant la Coupe du Monde ? Découvrez les secrets de l'alimentation des champions !

Par
231
Partages
imprimer

Imprimer

Vous n’êtes pas sans savoir qu’en ce moment, en Russie, 32 équipes de haut niveau venues de la planète entière s’affrontent pour remporter le précieux trophée de la Coupe du Monde de la FIFA. Pour les joueurs qui iront jusqu’au bout de la compétition, il s’agit d’un test d’endurance, d’un marathon d’environ un mois qui requiert une alimentation solide, équilibrée, et variée. Oui, ce que mangent les joueurs est fondamental pour leur permettre de donner le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain, et sur le long terme. Plongée dans les assiettes des participants à la Coupe du Monde !

Instagram

En ce qui concerne l’alimentation des sportifs, il n’existe pas de régime alimentaire universel. Chaque athlète le sait : il doit composer son alimentation en fonction de ses propres besoins. Choisir et gérer convenablement ses apports en glucides, que fournissent notamment les pâtes et le riz, évidemment primordiaux, les pommes de terre ou le pain, est essentiel. Il en va de même pour les protides. La FIFA préconise de sélectionner avec soin des produits riches en nutriments, et ainsi de consommer des fruits et légumes verts, des haricots, des céréales, de la viande maigre, du poisson, et des laitages.

Mais comment le chef cuisinier d’une équipe nationale fait-il pour subvenir aux besoins de toute la sélection lorsqu’il se trouve dans un autre pays à l’occasion d’un évènement mondial ? Yannick Coquisart, cuisinier des Bleus lors de la précédente Coupe du Monde au Brésil, expliquait en 2014 à Cnews qu’il n’avait apporté aucun produit de France, n’utilisant que des ressources alimentaires locales et de saison. Ce n’est cependant pas le cas de toutes les nations ! France Info explique par exemple que cette année, en Russie, les Panaméens sont venus dans la patrie de Vladimir Poutine avec du sancocho directement venu de chez eux, tandis que les Suisses importent fromage et chocolat du pays, et que l’Uruguay en fait de même avec du maté, boisson typique de l’Amérique du Sud. Certains évitent donc la nourriture locale pour ne manger uniquement que des aliments venus de la maison ! Le dépaysement total, vous avez dit ?

Blague à part, il est important de ne pas prendre de risques et de ne pas exposer les joueurs à des spécificités alimentaires locales auxquelles ils ne sont pas habitués, et qui pourraient avoir des conséquences sur leurs performances.

À chaque groupe ses petites habitudes, aussi les Suisses ont droit à une bonne entrecôte garnie de frites les lendemains de victoires, ce qui est loin, très loin de du régime drastique que nous pouvons imaginer être suivi par les joueurs ! D’une équipe à une autre, les habitudes alimentaires ne sont donc pas du tout les mêmes, certaines privilégiant la nourriture de leur pays à la nourriture locale, d’autres s’offrant une bonne grillade une fois par semaine. Surtout, les joueurs n’ont pas d’ordres alimentaires : ils sont relativement libres, mais suffisamment disciplinés pour savoir ce qu’il faut manger et en quelle quantité. Le secret pour gagner, c’est de toujours manger varié, et équilibré !

Commentaires