Découvrez le portrait des femmes chefs françaises d'aujourd'hui et de demain

Par
71
Partages
imprimer

Imprimer

Les femmes sont rarement mises en avant dans les cuisines des restaurants gastronomiques, elles sont pourtant quelques-unes à être reconnues par la profession et surtout par le public. Petit tour d'horizon des cheffes officiant en France.

La France, pays de la gastronomie, compte dans ses rangs de nombreux chefs qui ont marqué à jamais l'histoire culinaire du pays. On pense bien évidemment au regretté Paul Bocuse alias Monsieur Paul, mais bien d'autres cuisiniers ont marqué leurs époques par des recettes alliant technique et saveur. Mais qu’en est-il des femmes dans tout cela. À travers le monde, seul 10 % d'entre elles travaillent dans la restauration gastronomique. Pire encore, si on regarde de plus près le nouveau guide Michelin 2018, seulement 16 femmes tiennent des restaurants étoilés (sur 616 tables étoilées).

Malgré un milieu très masculin, pour ne pas dire macho, certaines femmes se font une place de choix derrière les fourneaux. Le premier nom auquel tout le monde pense est celui d'Anne-Sophie Pic, seule femme triplement étoilée du dernier guide rouge. Entre piliers de la gastronomie comme Hélène Darroze ou étoile montante comme Julia Sedefdjian, découvrez les portraits de ces femmes cheffes qui bousculent les codes préétablis.

Anne-Sophie Pic

crédits : Site du restaurant la dame de Pic

Née le 12 juillet 1969 à Valence, dans la Drôme, cette fille et petite fille de cuisiniers n'avait pas d'autre choix que de reprendre le flambeau familial, avec grand succès. Fille de Jacques Pic, chef trois étoiles dès 1934, Anne Sophie revient à ses premiers amours après ses études en école de commerce : la cuisine. Elle reprend le restaurant familial, la Maison Pic en 1995, année durant laquelle le restaurant perd sa 3e étoile au guide Michelin. À force de travail et de beaucoup de volonté, elle devient la seule femme triplement étoilée en France, en 2007. Elle est également élue meilleure cheffe du monde par le très sérieux magazine britannique « Restaurant » en 2010. Sa cuisine est traditionnelle et met en avant les produits français, tout en gardant une touche d'originalité très propre à sa personnalité.

Hélène Darroze

crédits : Site du restaurant Hélène Darroze

Née en 1967 à Mont-de-Marsan, Hélène Darroze est également fille de restaurateur et a dès le plus jeune âge le goût des bonnes choses. Après ses études à SUP de Co à Bordeaux, elle part se former auprès d'un mythe en cuisine : Alain Ducasse. Il devient dès lors son mentor et lui conseille de rester en cuisine plutôt que de s'occuper de la direction de l'établissement, chose pour laquelle elle était faite au départ. Élue jeune cheffe de l'année 1995, elle revend le restaurant familial pour ouvrir un restaurant à Paris et obtenir le Graal suprême pour tout cuisinier, une étoile au guide Michelin. Elle est auréolée aujourd'hui de 2 étoiles, ayant la reconnaissance de ses pairs et, depuis 2015, jurée pour l'émission Top Chef sur M6.

Ghis­laine Arabian

crédits : Guide restaurants

Née à Croix, près de Roubaix en août 1948, Ghis­laine Arabian est une cheffe française reconnue. Sa passion pour la cuisine lui vient de son époux, Jean-Paul Arabian, patron du « Restaurant » à Lille, lorsqu'elle s'initiera derrière les fourneaux. Elle arrive au Pavillon Ledoyen, à Paris, en 1992 et jusqu'en 1998. Elle obtient 2 étoiles au guide Michelin et est propulsée au rang de chef de file de la nouvelle génération de femmes chefs. Elle décide d'ouvrir en 2007 son propre restaurant, « les petites sorcières » et se lancer dans son projet personnel, donner ses lettres de noblesse à la bistronomie, très en vogue depuis dix ans. Elle fait également partie du jury historique de Top Chef, qu'elle rejoint en 2010.

Stéphanie Le Quellec

crédits : Site du restaurant La Scène

La gagnante de Top Chef saison, Stéphanie Le Quellec, a parcouru beaucoup de chemin depuis sa victoire dans l'émission diffusée par M6. Mais avant cela, cette passionnée de cuisine avait travaillé dans de beaux établissements français. Un passage remarqué au restaurant Le cinq du Georges V, elle devient sous-cheffe auprès d’Éric Briffard et fait ses classes dans la capitale. Elle décide en 2006 de travailler à Terre Blanche pour le groupe Four Seasons. Mais la réelle consécration arrive en 2016, lorsqu'elle est choisie pour diriger les cuisines du Prince de Galles à Paris, où elle obtiendra une étoile au guide Michelin seulement neuf mois après son arrivée.

Adeline Grattard

crédits : Edouard Caupeil

La cheffe Adeline Grattard fait office d'ovni dans le monde de la gastronomie. Destinée à devenir professeur d'Allemand, sa passion a repris le dessus et l'a poussé à étudier à l'école Ferrandi. Ses trois années auprès du chef triplement étoilé Pascal Barbot à l’Astrance lui ont permis d'acquérir la technique et le savoir supplémentaire, avant de se lancer dans son projet personnel, avec l'aide de son mari originaire de Hong Kong, qui joue un réel rôle dans sa cuisine. Ayant vécu en Chine, Adeline s'inspire de la cuisine asiatique pour servir des plats divins dans son restaurant Yam’Tcha, étoilé depuis 2010. À 37 ans, Adeline s'impose comme le renouveau des cheffes.

Fanny Rey

crédits : Site du restaurant Auberge saint Rémy

La grande perdante de Top Chef saison 2, Fanny Rey, a su rebondir et s'imposer comme l'une des étoiles montantes de la gastronomie française. Finaliste malheureuse face à Stéphanie Le Quellec, la jeune femme de 35 ans a été élue femme chef de l'année 2017 et a obtenu une étoile au guide Michelin la même année. Déjà propriétaire de son propre restaurant, L'Auberge de la Reine Jeanne, où elle travaille avec son compagnon, Jonathan Wahid, champion de France des desserts, Fanny s'est clairement imposée comme une cheffe à suivre pour les prochaines années à venir et, qui sait, peut être décroché à son tour 3 étoiles au fameux guide Michelin.

Amandine Chaignot

crédits : Atabula

Née le 1er mai 1979 à Orsay, Amandine Chaignot a quelque peu disparu des radars français, après un passage remarqué à Londres. Pourtant, elle est à juste titre considérée comme quelqu'un de grand talent, notamment après avoir travaillé au Plaza Athénée aux côtés de Jean-François Piège. Elle a travaillé également avec Éric Fréchon avant de rejoindre Yannick Alléno au Meurice. Elle fut également jurée de l'émission Master Chef diffusée sur TF1 en 2013. Elle cherche actuellement une nouvelle expérience qui pourrait l'élever au rang de cheffe mondialement reconnue.

Tabata Mey

crédits : Lyon Capitale

Née en 1978 à Rio de Janeiro, au Brésil, Tabata est elle aussi une ancienne candidate de Top Chef en 2012. Élève à l'institut Paul Bocuse, celle qui devait devenir médecin apprend le français et intègre en tant que stagiaire les cuisines de Nicolas Le Bec à Lyon. Fondatrice du T-Maki shop à Lyon, elle participe au concours du meilleur ouvrier de France en 2012 et atteint les demi-finales. Sous la demande de Paul Bocuse, Tabata prend les reines du Marguerite à Lyon et affine sa technique. Elle y rencontre son mari, voyage au Brésil et au Danemark pour apprendre, avant de revenir à Lyon pour y ouvrir son propre restaurant, Les Apothicaires.

Julia Sedefdjian

crédits : PATRICK KOVARIK/AFP

Née en décembre 1994, Julia Sedefdjian est aujourd'hui la plus jeune étoilée de France. Dès l'âge de 18 ans, elle trouve grâce à Pôle Emploi un poste de commis au restaurant « Les fables de la Fontaine ». Un an plus tard, elle devient seconde de cuisine avant d'obtenir en 2015 le poste de son mentor, Anthony David, qui rend son tablier. Vient alors la consécration pour cette jeune cheffe prodigieuse, plus jeune étoilée de France en février, seulement 2 mois après avoir repris les rênes de la cuisine. Son modèle est Anne-Sophie Pic et elle souhaite atteindre le même niveau de reconnaissance, chose qui, du haut de ses 23 ans, est largement réalisable. Elle fait partie de la nouvelle génération de cuisinière, ne faisant pas de distinction entre homme et femme en cuisine.

Découvrez notre recette : Muffins omelette en vidéo
Commentaires